Les 20 ans du dernier survol de Voyager 2

25-08-2009 Véronique CHEVALIER

Il y a 20 ans jour pour jour, le 25 août 1989, Voyager 2 effectuait un survol de Neptune et ses lunes. C'était son dernier passage auprès d'une planète avant de prendre le large et de définitivement quitter le Système Solaire. Aujourd'hui la sonde de la NASA se trouve à une distance de 13 445,86 millions de km.

La mission de Voyager 2 avait débuté le 20 août 1977 lorsqu'elle quittait la base de Cape Canaveral. Elle fut suivie 16 jours plus tard par Voyager 1.

Au départ, l'objectif des scientifiques de la NASA était d'envoyer leurs deux sondes observer Jupiter et Saturne. Mais le lancement avait été programmé lors d'un alignement exceptionnel des quatre planètes Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune et les initiateurs du projet avaient donc espéré pouvoir continuer leur exploration au-delà des deux premières géantes gazeuses. Et en effet, grâce au principe de fronde gravitationnelle, Voyager 2 put atteindre Uranus et Neptune.

La moisson de découvertes fut très riche et permit d'en apprendre beaucoup sur des planètes, et leurs satellites, alors peu connues.

Les sondes atteignirent Jupiter en 1979. Elles découvrirent qu'elle était pourvue d'un anneau, observèrent le comportement de son atmosphère ainsi que l'existence d'aurores boréales et d'orages accompagnés d'énormes éclairs. En ce qui concerne les lunes joviennes, Io révéla aux sondes son volcanisme très actif et Europe sa nature glacée.

Vint ensuite, à partir de 1980, l'analyse de Saturne, plus particulièrement de ses anneaux, beaucoup plus nombreux que ce qui avait été imaginé et pour certains très fins.

Les deux dernières planètes furent donc approchées par Voyager 2. Uranus dévoila une couleur uniforme, Neptune livra les secrets de ses nuages et de sa tache sombre ainsi que de Triton, l'un de ses satellites où l'on a découvert une nouvelle forme de volcan, le cryovolcanisme.

On peut encore rappeler le cliché extraordinaire et unique de la Terre que prit Voyager 1 en février 1992 : on fit retourner la sonde afin qu'elle puisse capter cette image de notre planète alors distante d'à peu près 5,5 milliards de km.

Les deux sondes qui continuent désormais, chacune dans une direction qui lui est propre, leur voyage dans le lointain espace intersidéral, avaient embarqué à leur bord un disque où sont gravées les images d'un homme et d'une femme et la représentation du Système Solaire. Cet objet est destiné à une civilisation susceptible de comprendre ces données et qui, qui sait?, croiserait la route de Voyager 1 ou Voyager 2.

Sur le même sujet