Arianespace

01-01-2017 Philippe VOLVERT

Arianespace est devenue, avec sa création le 23 mars 1980, le premier opérateur privé chargé de l'exploitation commerciale d'un lanceur. La société anonyme de droits français compte 17 actionnaires répartis dans 10 pays européens dont le plus important est ArianeGroup (74 %).

Le siège social d'Arianespace se situe à Evry, près de Paris. Mais elle est représentée à travers le monde via un établissement à Kourou, une filiale à Washington pour le marché américain et deux bureaux de liaisons à Singapour et Tokyo pour le marché asiatique.

La mission d'Arianespace est de fournir un service de lancement à tous clients souhaitant placer sur orbite un satellite grâce à sa gamme de lanceurs qui comprend Ariane, Soyuz et Vega.

ArianeGroup

En 2014, Airbus et Safran s'associent pour former la coentreprise Airbus Safran Launchers qui devient trois ans plus tard ArianeGroup. Le groupe est maître d'oeuvre de la famille de lanceurs européens Ariane et des missiles de la force de dissuasion océanique française M-51. Il propose des systèmes de lancement et d'applications spatiales pour des clients institutionnels, commerciaux et industriels.

ArianeGroup devient l'actionnaire principal d'Arianespace en détenant 74 % des parts après le rachat des parts au CNES en 2016. Sa participation ne se limite pas à Arianespace. Le groupe détient des parts dans dix autres sociétés dont Starsem.

Launch Services Alliance

En juillet 2003, Arianespace (Ariane, Vega et Soyuz), Boeing Launch Services (Zenit 3SL) et Mitsubishi Heavy Industries (H-IIA) signent un accord permettant à un client de choisir une compagnie pour la mise sur orbite de son satellite et de se tourner vers l'une des deux autres si la première se trouvait dans l'incapacité d'honorer le contrat en temps voulu. L'accord est activé la première fois en octobre 2003 lorsque Arianespace à transférer le lancement du satellite DirecTV-7S à Sea-Launch faute d'avoir un créneau disponible à la période voulue par le client. Le premier satellite a bénéficier d'un lanceur de rechange est l'australien Optus D1. Le choix de base était celui d'Ariane 5 avec Zenit 3SL en back-up. En 2007, Arianespace et Mitsubishi ont réaffirmé leur souhait de poursuivre l'alliance sans Boeing, qui s'est entretemps retiré de l'alliance. La coopération entre l'Europe et le Japon a été renforcée en juin 2013 avec la signature d'un nouvel accord portant sur la proposition à leurs clients d'offres commerciales conjointes.

Sources

Sur le même sujet