La recherche technologique

Types de recherche

La recherche technologique regroupe l’ensemble d’engins spatiaux conçus pour tester de nouvelles technologies ou un concept nouveau. Dans certains cas, on fera appel à des prototypes qui permettront de valider les innovations, en vue de les incorporer ultérieurement.

Les améliorations concernent tant la plateforme que la charge utile. Dans le premier cas, les constructeurs chercheront à améliorer ses performances, notamment en modernisant le système de propulsion ou encore l’alimentation électrique via les panneaux solaires. La structure même du satellite peut être renforcée avec l’apparition de nouveaux alliages tout en étant allégée. Pour la charge utile, les innovations peuvent concerner la mécanique (les antennes dans le cas des télécommunications, le système optique pour la télédétection, …) que l’informatique (augmenter l’autonomie d’un satellite, pouvoir faire face à certains problème inhérent à une activité en orbite, …).

Lors de la mise en service d’un nouveau lanceur, il arrive que le satellite soit remplacé par une maquette représentative en masse et en taille d’un satellite. Outre le lest pour arriver à la masse désirée, cette maquette peut emporter des capteurs destinés à mesurer les performances du lanceur mais aussi l’impact du vol sur une charge utile. Les données collectées viennent en complément à celles envoyées par le lanceur durant le vol.

Le développement d’un vaisseau récupérable (habitable ou non) comprend toujours des vols d’essai. Ceux-ci sont destinés à étudier le comportement du vaisseau durant toutes les phases de vol mais surtout lors de la rentrée atmosphérique. Certains prototypes ont été conçus avec comme unique but d’engranger un maximum de données durant la phase critique du retour sur Terre. Ces données servent ensuite à préciser les modèles informatiques qui seront utilisés ultérieurement dans la conception de vaisseaux opérationnels.

L’espace est aussi un terrain d’expérimentation pour les ingénieurs et les scientifiques qui souhaitent mettre en application certaines théoriques qu’ils ont développées.

Quelques exemples

Largage TSS lors de la mission STS-46
Déploiement du satellite TSS-1 par la navette Atlantis en juillet 1992 - Photo NASA (Agrandir)
  • IRDT (Inflatable Re-Entry and Descent Technology): Technologie développée par l'agence spatiale européenne destinée à ramener des équipements sur Terre à l'aide d'un système déployable qui joue le rôle de bouclier thermique et de parachute. Son premier vol devait permettre de récupérer l'étage Fregat du lanceur Soyuz, spécialement équipé d'un IRDT.
  • DemoSat (Demonstration Satellite): Plate-forme instrumentale identique à un satellite de communications destinée à mesurer les performances du lanceur Zenit 3 lors de son vol inaugural.
  • TSS (Tethered Satellite System): Satellites de fabrication italienne et embarqués sur la navette. Il s'agissait de déployer depuis la navette, à l'aide d'un câble long de 20 km un satellite de façon à produire de l'énergie.
  • IXV (Intermediate eXperimental Vehicle): Véhicule spatial expérimental de type corps portant développé pour tester le bouclier thermique, le pilotage d'un engin durant une rentrée atmosphérique à vitesse hypersonique et améliorer la mise au point des modèles utilisés pour reproduire ces phases du vol.
Phases de vol de l'IXV
Les phases de vol de l'engin expérimental européen IXV, depuis son lancement jusqu'à sa récupération en mer - Photo ESA/J. Huart (Agrandir)


Sources

  • « Atlas de géographie de l'espace » de Fernand Verger aux éditions Belin
  • « L'encyclopédie de l'exploration de l'espace » de Kenneth Gatland aux éditions Bordas

Sur le même sujet