Cassini détecte une forme d'activité sur deux satellites de Saturne

17-06-2007 Véronique CHEVALIER

En effet, la sonde de la NASA a remarqué que Téthys et Dione, deux lunes glacées de Saturne, projettent des particules dans l'espace. Cette découverte laisse supposer l'existence d'une certaine activité géologique, qui pourrait même s'avérer d'origine volcanique.

Ces particules ont été décelées grâce au spectaculaire mouvement externe d'un gaz chargé électriquement. Mieux connu sous le nom de plasma, ce gaz est composé d'électrons de charge négative et d'ions chargés positivement, ces derniers étant des atomes qui ont perdu un ou plusieurs électrons. Et, précisément parce qu'ils ont une charge - négative ou positive - ces électrons et ces ions peuvent être capturés par un champ magnétique.

Peu après avoir atteint Saturne, Cassini avait déjà observé que la courte période de rotation de la planète (à peine 10 heures et 46 minutes) a pour effet de rejeter le champ magnétique et le plasma qu'il a attiré dans l'espace. A cause de la rotation rapide de Saturne, le plasma subit la loi d'une force qui l'éjecte hors du centre de cette rotation et qui le compresse en un disque tandis que des filets de gaz en sont exclus et partent dans l'espace. Du plasma plus chaud et plus fin se précipite alors pour combler le vide ainsi créé.

Des analyses de ce phénomène ont démontré que les électrons expulsés prenaient la direction de Téthys et Dione, faisant de ces deux satellites une source importante de plasma dans la magnétosphère de Saturne.

De cette manière, Téthys et Dione viennent de rejoindre le clan très fermé des lunes saturniennes actives formé de Titan et Encelade. Pour les scientifiques, détecter une forme d'activité sur un astre est à chaque fois un succès car cela signifie qu'il n'est pas encore géologiquement mort et qu'il est peut-être toujours approvisionné en énergie.

Les prochains survols de Téthys et Dione permettront de les observer de plus près. Cassini tentera alors de déterminer la composition du plasma des deux satellites en se basant sur les données obtenues pour les ions.

Sources

Sur le même sujet