Une mission européenne pour intercepter une comète

23-06-2019 Philippe VOLVERT

« Comet Interceptor » c'est le nom de la mission que l'Agence Spatiale Européenne a sélectionnée dans le cadre de son programme Cosmic Vision. Elle fait partie des missions de la « Classe F », le F faisant référence à Fast (Rapide en français), avec une durée totale de développement d'environ huit ans.

Comet Interceptor aura pour objectif de visiter une comète ou un objet interstellaire qui n'a pas encore été altéré par le Soleil. C'est-à-dire, un objet qui traversera pour la première fois le système solaire interne.

La mission est composée de trois engins spatiaux qui effectueront des observations simultanés à partir de plusieurs positions autour de la cible désignée, de manière à pouvoir recréer le profil en 3 dimensions de l'astre observé.

Profil de la mission Comet Interceptor

Comet Interceptor sera lancée en 2028 en tant que co-passager du satellite Ariel qui doit étudier l'atmosphère des exoplanètes. Ensemble, ils rejoindront le point Lagrange L2 à 1,5 millions de km de la Terre dans la direction antisolaire.

Contrairement à tout ce qui a été fait jusqu'à présent, au moment du lancement, Comet Interceptor n'aura aucune cible à atteindre. Elle stationnera au point Lagrange L2, le temps qu'un objet à étudier entre dans le système solaire interne.

A partir de ce moment, elle se mettra en chasse vers la comète ou l'objet interstellaire choisi. A quelques semaines de la rencontre, Comet Interceptor se séparera en trois parties qui se positionneront pour le rendez-vous. Chaque module sera équipé d'une charge utile scientifique complémentaire, offrant différentes perspectives du noyau de la comète et de son environnement constitué de gaz, de poussières et de plasma.

La difficulté de la mission réside en son mode d'approche. Jusqu'à présent, les comètes et astéroïdes visités avaient une trajectoire bien définie et connue par les scientifiques. Cette fois, ils partiront à l'aveugle puisque la cible sera un objet qui traverse le système solaire pour la première fois. Bien souvent, les nouvelles comètes ne sont découvertes que quelques mois ou quelques années avant de se rapprocher du Soleil, d'où l'impossibilité de monter une mission spécifique en si peu de temps. Quant aux objets interstellaires, ils se font plutôt rares. A ce jour, seul l'astéroïde « Oumuamua » a été officiellement reconnu comme objet issu d'un autre système stellaire.

Les responsables de la mission pourront s'appuyer sur les programmes de détection d'astres errants pour trouver l'objet à étudier, notamment Pan-STARRS qui est actuellement le plus prolifique, avec plus de la moitié de toutes les nouvelles comètes découvertes chaque année. Le Large Synoptic Survey Telescope actuellement en construction au Chili pourra augmenter considérablement le catalogue des comètes connues.

Sources

Sur le même sujet