Cassini, 10 ans autour de Saturne

03-07-2014 Philippe VOLVERT

La sonde américaine Cassini vient de fêter son dixième anniversaire en orbite autour de Saturne. En une décennie, elle nous a dévoilé une partie des mystères qui entourent la planète aux anneaux. Lancée en octobre 1997 en compagnie de l'atterrisseur européen Huygens, Cassini mettra sept ans pour atteindre sa destination. Le 01 juillet 2004, elle débute l'une des missions les plus riches de l'exploration du système solaire avec comme point d'orgue, l'étude approfondie de Titan.

Au cours de ces dix années, Cassini a révolutionné nos connaissances sur la planète géante et son cortège de lunes. On lui doit d'importantes découvertes comme l'existence d'un cycle de circulation d'hydrocarbure sur Titan à l'instar de ce qui se passe sur Terre avec l'eau. Lors d'un survol d'Encelade en 2005, elle a mis en évidence la présence de geysers crachant de la vapeur d'eau. Avec les données recueillies par la sonde, les planétologues sont arrivés à la conclusion qu'Encelade cachait sous sa croute de glace un important océan d'eau liquide, de quoi raviver la curiosité des exobiologistes en quête d'une vie microbienne dans notre système solaire. Ce ne sont que deux exemples parmi d'autres qui ont émaillé la mission Cassini à ce jour.

Même si toute l'attention s'est principalement focalisée sur Cassini, Huygens a eu aussi son heure de gloire. C'était le 15 janvier 2005 lors de son atterrissage réussi sur Titan. L'engin s'est posé en douceur près de la région de Xanadu, sur ce qui ressemble à un rivage où le sol est meuble. Durant la descente, il a pris un nombre important de clichés qui ont permis de reconstituer un panorama digne d'intérêt. Et pour cause ! On y voit de nombreux chenaux de drainage menant à des étendues plus vastes, comme des lacs ou des mers de méthane liquide. Au loin, on perçoit des reliefs entourés d'une nappe de brouillard. Au sol, les images montrent une surface recouverte de galets ne dépassant pas 15 cm et constitués de glace. La surface en elle-même est constituée d'une mixture de glace d'eau et d'hydrocarbures. Il y a d'évidence une certaine érosion, comme s'il y avait une activité fluviale. Titan, un monde extraterrestre si proche du nôtre.

Mais Cassini, c'est aussi 514 Gigabites de données collectées, sept nouvelles lunes découvertes, 132 survols de lunes dont 102 rien que pour Titan. Au cours de ses 206 orbites, elle a réalisé quelques 332 000 clichés. La mission tient le haut du pavé en matière d'intérêt scientifique puisque plus de 3 000 articles ont été publiés dans des revues spécialisées. Il ne faut pas non plus oublier que Cassini est également un projet d'envergure internationale puisque pas moins de 26 pays sont représentés dans l'équipe scientifique.

La mission initiale devait s'achever au bout de quatre ans. En 2008, la NASA décide une première prolongation de deux ans pour compléter la moisson scientifique abondante. A l'échéance de 2010, une nouvelle extension est entérinée. Cassini poursuivra son exploration de Saturne et ses lunes jusqu'au 15 septembre 2017. Ce jour-là, presque à cours de carburants, elle plongera à l'intérieur des anneaux pour les photographier de très près avant de s'évaporer dans l'atmosphère de Saturne. La mission suicide a pour objectif d'éviter que l'engin ne s'écrase sur Encelade ou l'une des autres lunes et ne vienne la contaminer.

Sources

Sur le même sujet