Une fusée privée pour lancer Orion ?

13-03-2019 Philippe VOLVERT

La NASA envisage d'utiliser une fusée commerciale pour réaliser la mission EM-1 (Exploration Mission 1) en remplacement du Space Launch System afin de respecter le calendrier qui prévoit le lancement pour le milieu de l'année 2020.

La décision doit être prise dans les prochaines semaines selon les propos tenus par l'administrateur de la NASA, Jim Bridenstine, au cours d'une audition qui s'est déroulée ce mercredi au Comité sénatorial du commerce. Des études sont en cours sur la faisabilité d'un rendez-vous orbital entre le vaisseau Orion et un étage supérieur, lancés séparément par une fusée commerciale.

Le patron de l'agence spatiale n'a pas donné le nom des fusées envisagées mais dans le parc des lanceurs américains, deux ont les performances nécessaires pour réaliser la mission. Il s'agit de Delta IV Heavy de United Launch Alliance et Falcon Heavy de SpaceX.

La mission EM-1 devait être lancée lors du vol inaugural du SLS prévu à la fin de l'année 2019. Mais les retards accumulés au développement de la fusée ont repoussé la date jusqu'en juin 2020. A la NASA, certains responsables ont récemment indiqué qu'elle pourrait glisser au-delà de ce délai. Bridenstine l'a confirmé auprès sénateur Roger Wicker en affirmant que « le SLS a du mal à respecter son calendrier » et «cela va prendre du temps supplémentaire ». Raison pour laquelle la NASA envisage d'autres options que le SLS pour lancer EM-1 à échéance.

A ce jour, aucun lanceur n'a la capacité de remplacement du SLS pour réaliser la mission EM-1 telle qu'elle a été planifiée. Il est nécessaire de la scinder en deux lancements, Orion d'une part et l'étage supérieur d'autre part. En orbite, les deux véhicules s'amarreront de façon à former un seul tenant.

La mission EM-1 est un vol de démonstration du vaisseau Orion dans sa configuration opérationnelle mais sans équipage. L'objectif principal est de valider le fonctionnement du lanceur Space Launch System ainsi que du vaisseau Orion. Ce dernier sera testé au cours des différentes phases d'une mission lunaire, notamment l'insertion en orbite autour de la Lune et le retour vers la Terre à grande vitesse.

Si ce choix est entériné dans les prochaines semaines, cela signifierait que la mission EM-2, prévue pour être la première à embarquer un équipage à bord d'Orion, se ferait lors du vol inaugural du SLS.

Sur le même sujet