Succès pour le test d'éjection d'Orion

02-07-2019 Philippe VOLVERT

La NASA a réussi le test de démonstration du système d'interruption de lancement de sa future capsule spatiale Orion. Ce test est une étape importante dans la préparation des missions Artemis qui emmèneront des astronautes vers la Lune puis vers Mars.

Au cours de l'essai, appelé Ascent Abort 2, une maquette du vaisseau Orion a été lancée à 11 heures TU du pas de tir 46 à Cape Canaveral en Floride. Le véhicule de lancement utilisé pour le test était un missile Peacekeeper modifié, construit par Northrop Grumman.

Le vaisseau Orion a été propulsé durant 55 secondes pour atteindre l'altitude de 9 500 m et la vitesse de Mach 1.15, soit environ 1 400 km/h. C'est à ce moment précis que la séquence d'interruption a été déclenchée, coïncident aux conditions aérodynamiques les plus éprouvantes durant le vol atmosphérique, communément connues sous l'appellation MaxQ.

Dans un premier temps, le moteur d'abandon s'est allumé, délivrant une poussée de 1 750 kN. Poussée suffisante pour extraire l'engin de 10 tonnes loin de sa fusée à environ 3 km de distance. Les moteurs d'orientation ont pris la suite pour guider la capsule pour permettre la séparation de la tour d'éjection en toute sécurité. Les moteurs de largage ont achevé le travail en séparant la maquette du système d'éjection d'urgence.

Douze enregistreurs ont collecté des données qui seront dépouillées par les équipes en charge du développement du vaisseau Orion. Ces enregistreurs ont été éjectés de la capsule et récupérés dans l'océan. Quant à la maquette, dépourvue de parachutes, elle a fini par couler au fond de l'Atlantique.

Sur le même sujet