Mission accomplie pour le vol de démonstration du Crew Dragon

03-08-2020 Philippe VOLVERT

Les astronautes Douglas Hurley et Robert Behnken sont revenus sur Terre après avoir passé deux mois dans l’espace. Le vol d’essai piloté du Crew Dragon s’est achevé par un amerrissage parfait dimanche soir dans les eaux du Golfe du Mexique. Le vaisseau s’est posé au large de la côte de Pensacola (Floride) à 18 heures 48 TU, concluant ainsi le premier vol spatial habité conduit par une entreprise privée pour le compte de la NASA.

Quelques heures plus tôt, Hurley et Behnken avaient salué leurs collègues restés à bord de la station spatiale avant d’embarquer dans le Crew Dragon et préparé leur départ.

Prévu initialement dans l’Atlantique, le point de chute a été déplacé dans le Golfe du Mexique en raison de la présence de la tempête tropicale Isaias qui menace les côtes orientales de la péninsule du sud-est des États-Unis.

Le retour sur Terre à proprement parlé a débuté à 17 heures 56 TU lorsque les moteurs du Crew Dragon ont été mis à feu afin de ralentir la vitesse du vaisseau, amorçant le plongeon dans l’atmosphère.

La descente parfaitement maîtrisée a conduit la capsule dans la zone d’amerrissage prévue, où étaient stationnés les navires de récupération mais aussi de nombreux plaisanciers non autorisés qui s’étaient déplacés pour l’occasion.

Après avoir hissé le Crew Dragon sur le bateau « Go Navigator », les équipes de secours ont ouvert l’écoutille pour extraire les deux astronautes du vaisseau. Dans les prochaines heures, ils retrouveront leurs familles qui les attendent à Houston.

Place aux missions opérationnelles

Le retour sur Terre du Crew Dragon met fin à la phase des vols d’essai, ouvrant la voie aux vols opérationnels qui assureront la relève des équipages de la station spatiale internationale. Le contrat signé en 2017 avec la NASA prévoit six vols à effectuer avec le vaisseau entre 2020 et 2024.

Le premier vol opérationnel est prévu pour septembre 2020. Il emportera un équipage de quatre astronautes, dont le Japonais Soichi Noguchi, pour une mission de six mois à bord de l’ISS.

Après une certification réussie, la NASA retrouve une certaine autonomie pour le transport de ses astronautes dans l’espace. Depuis l’arrêt des navettes en 2011, l’agence spatiale ne pouvait compter que sur la Russie pour assurer la relève des équipages. A présent, elle dispose moyen d’accès à l’orbite terrestre, autre que le vaisseau russe Soyuz. Toutefois, ce dernier continuera à assurer le transport des cosmonautes russes vers l’ISS.

Sources

Sur le même sujet