Le Starliner ne rejoindra pas la station spatiale internationale

20-12-2019 Philippe VOLVERT

Malgré un lancement parfait vendredi à 11 heures 36 TU, le vaisseau CST-100 Starliner ne pourra rejoindre la station spatiale internationale et s'y amarrer.

Comme le prévoyait le plan de vol, la fusée Atlas V a injecté le vaisseau développé par Boeing sur une orbite provisoire quinze minutes après le décollage. Le Starliner devait ensuite allumer ses propres moteurs vingt minutes après la séparation pour rehausser l'orbite en vue d'un amarrage samedi avec le complexe orbital. Une anomalie est apparue lors de cette étape cruciale de la mission.

La NASA et Boeing ont tenu une conférence de presse pour donner un début d'explication sur la situation actuelle. Selon Jim Bridenstine, l'administrateur de l'agence spatiale américaine, l'anomalie proviendrait de l'horloge interne (Mission Elapsed Timer) du Starliner faisant croire qu'il était en phase d'insertion orbitale alors que ce n'était pas le cas. Le vaisseau a essayé de maintenir son attitude avec une grande précision consommant une trop grande quantité d'ergols. Un quart des réserves ont été épuisées pour réaliser cette manoeuvre.

Une analyse est en cours pour déterminer l'origine du problème. Toutefois, les équipes en charge de la mission sont parvenues à placer le Starliner sur une orbite qui permet un atterrissage en toute sécurité au White Sands Missile Range au Nouveau-Mexique dans la journée de dimanche.

La NASA et Boeing travaillent ensemble pour définir les objectifs des vols d'essai pour le reste de la mission, tout en préparant l'atterrissage du vaisseau.

C'est un coup dur pour Boeing qui a accumulé de nombreux retards dans le développement du Starliner, censé redonner aux Etats-Unis une autonomie en matière des vols spatiaux habités. Autonomie qu'ils ont perdue avec l'arrêt des navettes spatiales en 2011.

Boeing n'est pas le seul constructeur à proposer un moyen de transport pour les astronautes américains. SpaceX a conçu le Crew Dragon qui a parfaitement fonctionné lors de son premier vol d'essai à vide en mars 2019. Toutefois, lors d'un essai du système d'éjection d'urgence l'été dernier, le vaisseau a explosé à Cape Canaveral.

La mission OFT (Orbital Test Flight)

La première mission du CST-100 Starliner est un vol d'essai sans équipage. Le vaisseau devait effectuer une mission classique à destination de la station spatiale internationale pour tester tous les systèmes et capacités du Starliner, à l'exception de ceux qui nécessitent la présence d'un humain à bord. Si l'amarrage est aujourd'hui abandonné, d'autres vérifications peuvent être effectuées pour valider la conception du vaisseau.

Ce vol d'essai devait être suivi par un second mais avec un équipage cette fois. Les astronautes prévus pour cette mission test sont Christopher Ferguson, Mike Fincke et Nicole Mann. La date pour ce premier vol habité n'est pas encore définie mais elle dépendra des enseignements pris lors de la mission en cours.

Sources

Sur le même sujet