L’Europe embarque sur la station spatiale lunaire

29-10-2020 Philippe VOLVERT

Le directeur général de l'ESA, Jan Wörner, et l'administrateur de la NASA, Jim Bridenstine, ont signé un protocole d'accord qui permettra à l’Europe de participer à la construction de l’avant-poste humain en orbite lunaire, connu sous le nom de « Gateway ».

Cet accord prévoit que l’Europe fournisse deux modules de services supplémentaires pour le vaisseau habité Orion de la NASA en cours de développement. En contrepartie, elle obtient trois opportunités de vol pour des astronautes européens qui séjourneront à bord du Gateway.

Le Gateway jouera un rôle de passerelle entre la Terre et la Lune ce qui permettra une exploration sur du long terme de notre proche voisine, tant depuis l’orbite qu’à sa surface.

La contribution de l’Europe au programme Artemis de la NASA ne se limitera pas à la fourniture de modules de services pour Orion. L’ESA développera deux modules pour le Gateway. I-Hab (International Habitation module) servira de module habitat pour l’équipage et pourra accueillir jusqu'à 4 astronautes tandis que ESPRIT (European System Providing Refuelling, Infrastructure and Telecommunications) servira pour le stockage des ergols, d'assurer la propulsion et les télécommunications. Il comprendra également un tunnel pressurisé équipé de larges fenêtres offrant une vue à 360° sur l’espace. Il pourra également servir à stocker du matériel, notamment des expériences.

Hormis la Russie qui ne souhaite pas contribuer au programme Artemis, tous les partenaires de la station spatiale internationale ont montré un certain intérêt à participer au retour de l’Homme sur la Lune en 2024.

Les modules de services d’Orion sont construits sur le site d’Airbus Defence & Space à Brême, en Allemagne. L’industriel a également été sélectionné récemment par l’ESA pour fournir une capacité d’atterrissage sur la Lune. L’atterrisseur logistique lourd européen EL3 sera capable de transporter jusqu'à 1,7 tonne de fret vers n'importe quel endroit de la surface lunaire. Il sera lancé par Ariane 6 à la fin des années 2020.

Forte de son expérience dans les modules pressurisés destinés à la station spatiale internationale, Thales Alenia Space hérite de la construction de l’I-Hab et d’ESPRIT dont l’assemblage au Gateway est prévu à partir de 2024.

Sources

Sur le même sujet