Explosion à Wallops Island

29-10-2014 Philippe VOLVERT

Une mission de routine à destination de la station spatiale internationale s'interrompt brutalement par une explosion. Il est 22 heures 22 TU sur les installations de lancement de Wallops Island en Virginie lorsque les deux moteurs AJ26-62 de la fusée Antares sont mis à feu. Mais au bout de 12 secondes de vol, une explosion apparait dans le bloc propulsif. L'ascension de la fusée s'arrête net, conduisant à un plongeon inéluctable vers le sol. Le pas de tir se transforme en un gigantesque brasier qui mettra de longues minutes à s'éteindre. Rapidement, la NASA annonçait dans un communiqué qu'il n'y avait aucun blessé et qu'aucun membre du personnel de la base ne manquait à l'appel.

Sous la coiffe du lanceur était logé le troisième ravitailleur Cygnus développé par Orbital Science Corporation. Il avait pour mission de livrer quelques 2,2 tonnes de fret à destination de l'ISS. L'échec de la mission n'aura pas de réelles conséquences sur les approvisionnements puisque le complexe orbital dispose d'une réserve de plusieurs mois pour palier à ce genre d'évènement. De plus, ce type de mission ne dépend pas que du Cygnus. D'autres engins contribuent régulièrement à la desserte de la station spatiale. D'ailleurs, quelques heures après le spectaculaire échec d'Antares, une fusée Soyuz emportait dans l'espace un cargo russe Progress contenant trois tonnes de vivres, matériels et autres ergols.

Reste désormais à déterminer les causes de l'accident. Une équipe russo-américaine va être créée afin d'étudier les différents scénarios possibles. A la vue des images, on peut vraisemblablement orienter l'enquête vers un incident dans le système propulsif. Hérité de l'ère soviétique, l'AJ26-62 n'est autre que le NK-33 développé dans les années 60 par Kuznetsov pour le programme lunaire russe. Il fournit une poussée de 1 500 kN au décollage. Deux de ces moteurs sont montés sur le premier étage de la fusée Antares. En mai dernier, un moteur du même type avait explosé sur un banc d'essai au Stennis Space Center de la NASA, ce qui a conduit à un retard de la mission précédente afin de s'assurer du bon état des moteurs installés sur la fusée. Pour l'heure, il est impossible de savoir s'il y a un lien entre l'incident du printemps et l'accident de la nuit dernière. Mais si le moteur est responsable de l'échec de la mission, Aerojet pourrait accélérer le programme de remplacement de l'AJ26-62 annoncé en octobre dernier.

Toutefois, l'explosion d'Antares ne remet pas en cause le juteux contrat qu'Orbital Science Corporation a signé avec la NASA pour le ravitaillement de l'ISS. Il couvre huit vols logistiques pour un montant global de 1,9 milliard $. Cinq missions restent à prester d'ici 2017 mais Orbital est en pourparler avec l'agence spatiale américaine pour reconduire le contrat au-delà. En effet, après l'annonce de la prolongation de la vie de l'ISS, de nouvelles missions logistiques s'avèreront nécessaires. Orbital souhaite faire partie des prestataires de services sélectionnés.

Sur le même sujet