Apollo 11: 50 ans - Partie 3

18-07-2019 Philippe VOLVERT

Il y a tout juste 50 ans, la mission Apollo 11 faisait route vers la Lune avec son équipage de trois astronautes. Objectif : Se poser sur la surface lunaire.

Pour célébrer cet anniversaire, Destination Orbite compte mettre les petits plats dans les grands en proposant une série d'articles et interviews qui couvriront les neuf jours de la mission Apollo 11.

18 juillet 2019

Deux jours après son lancement, la mission Apollo 11 est à mi-chemin entre la Terre et la Lune Aucun évènement majeur n'a marqué cette seconde journée du vol historique de Neil A. Armstrong, Buzz E. Aldrin et Michael Collins. Une occasion pour revivre les grands moments des missions Apollo avec Didier Capdevila.

Pouvez-vous vous présenter ?

Capcomespace

Je suis né en 1966, quelques mois avant la tragédie d'Apollo 1 qui a couté la vie à trois astronautes d'Apollo. Ma passion ne date pas d'hier, c'est tout jeune lycéen qu'elle met venue au hasard d'une lecture d'un vieux dictionnaire « Quid » de l'année 1969. Alors que d'autres collectionnaient les vignettes de leurs footballeurs préférés, moi, je collectionnais les images de la conquête spatiale. De petits cahiers en classeurs, ma documentation s'est étoffée, grâce aux lectures d'encyclopédies et revues spécialisées (Air & Cosmos, AMI, Sciences &Vie, Sciences & Avenir). Avec l'informatique, tous ces écrits et photos ont été numérisés, puis envoyés sur Internet afin que tout le monde profite de mon travail. Je suis le webmaster du site Capcomespace.

Les vols habités Apollo commencent par la tragédie d'Apollo 1. Certains disent que cet accident a permis à la NASA de revoir en profondeur le programme, ce qui a permis de tenir le pari lancé par Kennedy. Qu'en pensez-vous ?

Tout à fait d'accord avec cela. Le drame d'Apollo 1 a permis de revoir de fond en comble le programme Apollo. Décidé dans la précipitation, pour battre les Russes, la NASA avait fait l'impasse sur de nombreuses choses dans la conception du vaisseau. Si théoriquement, tout devait fonctionner, dans la pratique, le vaisseau avait des faiblesses. Sans ce drame, une plus grosse catastrophe a pu être évitée. Je pense que la mission Apollo 13 doit son échec transformé en succès grâce à la remise en cause d'Apollo 1.

A partir d'Apollo 7, les missions vont se succéder à un rythme soutenu. Chacune d'elle va être déterminante dans la réussite d'Apollo 11. Pouvez-vous nous en toucher un mot ?

Apollo 7 est en fait la mission initialement assignée à Apollo 1, tester en orbite terrestre le vaisseau Apollo, le CSM (Command/Service Module). Après la tragédie d'Apollo 1 début 1967, le programme est profondément remanié. Après modifications, la NASA va tester ses vaisseaux étape par étape, le CSM, le LM (Lunar Module), puis le vol vers la Lune. Le succès d'Apollo 7 pousse l'administration américaine à souhaiter un alunissage avant la fin du mandat du président Johnson. La NASA a encore beaucoup de travail à faire. Même si le vaisseau Apollo semble prêt, des doutes persistent sur le LM et le lanceur Saturn V. Dans l'été, la NASA décide de réaliser un vol Saturn V habité avec un vaisseau Apollo, une maquette du LM. A l'automne, les choses se précipitent. Le LM n'est pas prêt et il se confirme que les Soviétiques vont tenter de réaliser un vol habité autour de la Lune avec un Soyouz modifié, le Zond. La NASA décide de damer le pion aux Russes en envoyant Apollo 8 en orbite lunaire en décembre 1968. La chance est au rendez-vous pour la NASA puisque le vaisseau russe Zond 6, même s'il a contourné la Lune le 14 novembre 1968 s'écrase à son retour sur Terre. Les Russes perdent le vol circumlunaire qu'Apollo 8 gagne à la Noël de 1968. A partir de ce moment là, tout va aller très vite. Apollo 9 répète la mission lunaire en orbite terrestre. Apollo 10 pourrait tenter le débarquement, mais la NASA, prudente hésite. La mission simule à nouveau le débarquement en frôlant le sol lunaire à seulement quelques kilomètres. Apollo 11 clôturera toutes ses années d'effort avec les premiers pas sur la Lune en juillet 1969.

Apollo 11 a été l'énorme succès que l'on connait. Pourtant le voyage vers la Lune n'a pas été de tout repos pour l'équipage. A quoi ont du faire face les astronautes ?

En fait, il n'y a pas eu de très gros problème sur ce vol là. Les missions précédentes avaient permit de déblayer le terrain. Le lanceur ainsi que le matériel étaient au point. L'alarme de l'ordinateur surchargé au moment de l'alunissage a donné un petit moment de frayeur rapidement dissipé par l'excellence des contrôleurs au sol.

Après Apollo 11, les missions Apollo 18 à 20 ont été annulées. Pouvez-vous nous expliquer la raison de ce choix ?

Choix politique et budgétaire principalement. Le désintérêt du public après le succès d'Apollo 11, (le pari était gagné), le vol avorté d'Apollo 13 qui fait prendre conscience que l'espace est un métier dangereux. Enfin, le contexte politique avec la guerre du Vietnam qui a engloutit tout le budget fédéral américain. Les missions ont été remaniées et le programme s'est terminé fin 1972 dans l'indifférence presque totale du public.

Les missions Apollo avaient pour but premier de battre les Soviétiques. Mais pas que cela. Les astronautes ont aussi fait de la science sur la Lune. Quelles ont été les principales expériences réalisées ?

Apollo embarquait sur chaque vol une station scientifique, appelée ALSEP (Apollo Lunar Surface Experiments Package) avec des appareils scientifiques pour mesurer l'atmosphère de la Lune, sa composition, le vent solaire, détecter les tremblements de Lune. Apollo 11 n'a apporté que 2 instruments, un sismomètre et un réflecteur laser. Dès Apollo 12, ce sont au minimum 6 instruments qui composaient la station ALSEP, le tout alimenté par un générateur radio isotopique. Avec Apollo 15, une perceuse fait partie des outils utilisés pour forer le sol lunaire afin de placer des sondes thermiques pour étudier la composition du sol.

Que ce serait-il passé si Apollo 11 n'avait pu atterrir sur la Lune ?

Apollo 12 l'aurait tenté et si cela n'avait pas marché Apollo 13 l'aurait fait. En 1969, les 3 missions sont préparées en parallèle au centre spatial pour qu'avant la fin de l'année, l'homme marche sur la Lune.

Sept missions devaient se poser sur la Lune mais une seule n'a pu le faire (Apollo 13). Quelles en sont les raisons ?

L'explosion d'un réservoir d'oxygène alimentant les piles à combustible du vaisseau (qui doit fournir de l'électricité) pendant le trajet vers la Lune. Heureusement, grâce au LM et à l'ingéniosité des équipes de contrôleurs et ingénieurs au sol, le LM a pu servir de chaloupe et l'équipage a pu revenir sur Terre.

Pensez-vous que si le contexte budgétaire et politique avaient été autres, le programme Apollo se serait déroulé de cette façon ? Pensez-vous qu'aujourd'hui, nous y serions encore ?

La rivalité USA-URSS a fait beaucoup pour le spatial. Kennedy n'aurait jamais promis la Lune sans ce contexte. Il n'était pas un fervent passionné d'espace. On voit aujourd'hui le retard que prennent les différents programmes visant soit la Lune ou Mars.

Apollo 9

La mission Apollo 9, une étape importante du programme Apollo qui a conduit au premier pas de l'Homme sur la Lune six mois plus tard

Sur le même sujet