Accident lors d'un test du Crew Dragon

21-04-2019 Philippe VOLVERT

Une anomalie s'est produite samedi après-midi à Cape Canaveral lors d'un essai des moteurs du vaisseau Crew Dragon. L'accident a été confirmé par le 45th Space Wing et SpaceX.

Après la mission réussie en mars dernier qui a permis de tester en conditions réelles la capsule spatiale conçue par SpaceX, un nouvel essai devait être réalisé en Floride pour valider le système de propulsion. Les moteurs sont utilisés pour la phase de désorbitage du vaisseau mais également pour l'éjection en cas d'anomalie durant le lancement.

L'essai devait être effectué sur la Landing Zone 1, où SpaceX récupère généralement ses fusées Falcon 9 et Falcon Heavy. Au moment de l'allumage des moteurs SuperDraco du Crew Dragon, une explosion s'est produite, formant un nuage s'élevant au-dessus de la zone. Aucun blessé n'est à déploré suite à la déflagration.

Le quotidien Florida Today est le premier à avoir mentionné l'accident à la une de son site internet, photos à l'appui. Elles ont été prises à 19 heures 30 TU par le photographe Craig Bailey qui couvrait la fête du surf à Cocoa Beach.

Plus tard dans la journée, SpaceX a confirmé l'accident. Par la voix de son porte-parole, la société a publié un communiqué indiquant que le « test final s'était soldé par une anomalie sur le banc d'essai ». La NASA qui comptait envoyer ses astronautes à bord du vaisseau spatial dans le courant de l'été a réagit en affirmant qu'elle allait évaluer l'anomalie avec les équipes de SpaceX et « faire les ajustements nécessaires et aller de l'avant en toute sécurité avec notre programme d'équipage commercial. »

Il est encore trop tôt pour dire quel impact l'accident aura sur le calendrier des vols mais il sera adapté à mesure que l'enquête avancera.

Des SuperDraco pour Crew Dragon

Pour sa propulsion, le Crew Dragon dispose de huit moteurs-fusées SuperDraco d'une poussée de 73 kN chacun. Ils servent à l'éventuelle éjection de la capsule en cas de défaillance du lanceur mais aussi pour désorbiter le vaisseau. Ils fonctionnent avec un mélange hypergolique de peroxyde d'azote et d'UDMH.

Qui dit mélange hypergolique, dit moteur de conception simple. Il suffit d'ouvrir les vannes des réservoirs pour que les deux ergols entrent en contact et s'enflamment spontanément. Ce n'est pas pour autant infaillible.

Une enquête menée par SpaceX devra déterminer les causes de l'avarie qui ont conduit à l'explosion du véhicule test hier à Cape Canaveral. Au terme de l'investigation, d'autres essais seront probablement mis en place pour valider les modifications avant d'autoriser un vol avec équipage.

Sources

Sur le même sujet