Opportunity et Spirit piégés par une tempête de poussières

24-07-2007 Véronique CHEVALIER

Cela fait maintenant presque un mois que les deux rovers de la mission d'exploration de Mars de la NASA sont immobilisés par une sévère tempête de poussières qui sévit sur la totalité de la planète rouge. Mais selon de récentes nouvelles datées du 24 juillet, il semblerait que la situation tende vers une amélioration et que le pire de l'intempérie soit désormais passé. Le degré d'obscurcissement de Mars commence tout doucement à diminuer, ce qui permet aux deux rovers de produire un peu plus d'énergie que lors de ces derniers jours.

Cette tempête de poussières a donc comme désagréable conséquence d'assombrir le ciel martien, alors que les rovers fonctionnent grâce à l'énergie produite par leurs panneaux solaires. Parfois privés jusqu'à 99% de la lumière directe du Soleil, les engins ont vu leurs performances chuter de 80% par rapport aux semaines précédentes. Les contrôleurs de la NASA ont été contraints de réduire leur nombre de communications avec Opportunity et Spirit ; au lieu d'être en contact avec eux chaque jour, ils ne le seront plus qu'un jour sur trois. De plus, tournant au ralenti, les rovers ont dû suspendre tout déplacement ainsi que la plupart de leurs observations, en particulier celles requérant l'utilisation du bras mécanique, des caméras et des spectromètres.

Néanmoins, les deux engins, qui n'ont pas été conçus pour affronter des conditions si extrêmes, se montrent pour le moment assez résistants. C'est également l'occasion d'observer enfin une tempête de poussières de l'intérieur. Ce n'est pas la première à se manifester, d'autres tempêtes se sont déjà levées sur Mars, notamment en 1971 (pour "accueillir" la mission Mariner de la NASA) et en 2001. Ainsi, le phénomène est assez fréquent et se produit peu après le passage de la planète au périhélie. Il peut durer de plusieurs semaines à plusieurs mois et est provoqué par des poussières qui se retrouvent en suspension dans l'atmosphère à cause d'un échauffement dû au rayonnement solaire. Ces poussières entraînent alors l'échauffement de poches de gaz environnantes, lesquelles se dirigent vers des régions plus froides et donnent naissance à ces fortes tempêtes qui emmènent des poussières vers le haut. Ce qui rend la tempête actuelle plus rare, c'est l'ampleur qu'elle atteint.

Si le pire de la situation est bel et bien révolu et que l'amélioration se maintient ou s'accroît, alors les chercheurs de la NASA peuvent espérer reprendre ultérieurement et avec succès leurs analyses. Dans le cas contraire, ils craignent que Opportunity et Spirit, par manque de lumière du Soleil, ne soient plus capables de générer suffisamment d'énergie pour fonctionner, même dans un état de veille. Ils pourraient non seulement être endommagés mais aussi carrément hors d'usage.

Le phénomène s'avérant assez peu prévisible, les scientifiques de la NASA sont encore dans l'expectative d'une confirmation du retour à la normale du climat sur Mars.

Sources

Sur le même sujet