MASCOT se pose en douceur sur Ryugu

03-10-2018 Philippe VOLVERT

L'ambiance était fiévreuse la nuit dernière dans les salles de contrôle du Centre National d'Etudes Spatiales à Toulouse et du Centre Aérospatial Allemand à Cologne. Dix jours après l'atterrissage réussi des robots MINERVA II à la surface de l'astéroïde Ryugu , c'était à l'équipe franco-allemande d'entrer en action.

MASCOT aura mis une vingtaine de minutes avant d'atteindre sa destination après son largage par la sonde Hayabusa 2. Après une chute libre de 51 mètres, le petit robot est entré en contact avec la surface de Ryugu une première fois avant de rebondir. Dépourvu de système d'ancrage, MASCOT a mis plusieurs minutes avant de s'immobiliser. La gravité exercée par l'astéroïde est tellement faible qu'un simple impact à 0,5 km/h suffit pour redécoller. Si l'engin s'est bien posé à la surface de Ryugu, il était à l'envers. L'équipe chargée de sa mobilité a utilisé le bras interne pour le redresser de façon à ce qu'il pointe ses instruments dans la bonne direction. Sa mission scientifique va pouvoir commencer et devrait durer une quinzaine d'heures, soit la durée d'autonomie des batteries.

MASCOT c'est quoi

MASCOT est l'acronyme de Mobile Asteroid Surface SCOuT. Le projet a été mené conjointement par les agences spatiales allemandes (DLR) et française (CNES) et bénéficie de l'expérience acquise dans le développement du robot Philae emporté par la sonde Rosetta et des études réalisées dans le cadre de la mission Marco Polo du programme Cosmic Vision de l'ESA.

MASCOT est un engin de dix kilos constitué d'une structure réalisée en fibre de carbone. Il emporte une charge utile de trois kilos qui comprend un microscope infrarouge hyperspectral pour l'analyse minéralogique in situ du sol, une caméra multispectrale large champ, un magnétomètre et un radiomètre destiné à mesurer la température de la surface et l'inertie thermique de l'astéroïde.

MASCOT n'est pas un robot scientifique statique. Il est affublé d'une sorte de bras qui lui permettra de se déplacer à la surface de Ryugu, voire de se redresser s'il se retrouve en mauvaise posture. Il sera en mesure de visiter jusqu'à trois sites différents en se déplaçant par « saut ».

La mission du robot franco-allemand devrait durer entre 12 et 15 heures. Les données collectées par MASCOT seront envoyées vers la Terre en transitant par la sonde japonaise Hayabusa 2 en orbite autour de Ryugu, dont la mission principale devrait débuter dans les prochains mois.

Sources

Sur le même sujet