Mars Odyssey découvre de possible cavernes

24-09-2007 Véronique CHEVALIER

Mars Odyssey, fidèle à son poste orbital depuis 2001, continue de faire régulièrement des découvertes pour le moins intéressantes. La dernière en date concerne sept trous sur les flancs d'un volcan martien qui pourraient être des accès à autant de cavernes.

Des images dues à Mars Odyssey ont mis en exergue des taches presque circulaires et très foncées dont la taille varie de 100 à 250 mètres. En utilisant ensuite la caméra infrarouge de la sonde pour contrôler les températures diurnes et nocturnes, les scientifiques en ont conclu que ces formes seraient des fenêtres conduisant à des espaces souterrains.

Cette hypothèse est riche d'espoir car la différence de températures enregistrée entre l'après-midi et l'aube par la caméra le laisse penser. Les trous sont plus froids que la surface environnante durant le jour et plus chauds pendant la nuit. Et même si leur comportement thermique n'est pas aussi constant que celui de vastes cavernes sur Terre, il est tout à fait cohérent avec ces grands creux martiens.

Qu'il s'agisse d'entrées vers de véritables souterrains ou plus simplement de profonds puits verticaux, leur importance en demeure identique puisque dans les deux cas, ils pénètrent directement sous la surface de la planète. Et peut-être que ces crevasses ont servi ou servent encore d'abri à une forme de vie ou qu'elles accueilleront dans le futur la vie humaine. Mais cela reste très peu probable. En effet, ces trous baptisés "Les Sept Soeurs" sont situés sur le volcan Arsia Mon à une des altitudes les plus élevées de Mars, peu propice au développement ou à l'hébergement d'une quelconque existence.

Maintenant les scientifiques vont poursuivre leurs analyses pour savoir ce que renferment exactement ces trous mais également pour en découvrir d'autres à des hauteurs moindres et plus accessibles à de futures missions sur la planète rouge. Pour cela, le système de recherche le plus efficace est de capter des anomalies touchant aux températures de nuit à grâce à l'instrument TEMIS (Thermal Emission Imaging System) de Mars Odyssey.

Sources

Sur le même sujet