Les Émirats Arabes Unis à la conquête de Mars

20-07-2020 Philippe VOLVERT

Les Émirats Arabes Unis se lancent dans l'exploration martienne après le lancement réussi hier soir de la sonde Al-Amal par une fusée japonaise depuis le centre spatial de Tanegashima. Initialement prévu pour mardi dernier, le décollage avait été reporté de plusieurs jours en raison des conditions météorologiques défavorables.

La sonde spatiale d'environ 1 350 kg rejoindra la Planète Rouge en début 2021, après un voyage de 493,5 millions de kilomètres. Elle entrera dans une orbite elliptique de 22 000 x 44 000 km autour de Mars avec une période orbitale de 55 jours. La mission devrait durer deux ans avec une possible prolongation jusqu'en 2025.

Le projet d'exploration martienne des EAU voit le jour en 2016 lorsque l'agence spatiale annonce son intention de développer une sonde qui atteindrait Mars en 2021. Forte de son expérience dans la construction d'engins spatiaux, notamment les satellites de la série DubaiSat et KhalifaSat, l'UAE Space Agency conçoit Al-Amal, qui veut dire « Espoir » en français, avec une participation d'instituts étrangers dans l'élaboration de l'instrumentation scientifique.

Al-Amal a été développée au Mohammed bin Rashid Space Centre grâce à une équipe de 70 ingénieurs et scientifiques. Lors de la dernière phase de préparation de la mission, l'équipe s'est enrichie de 80 personnes supplémentaires.

Les objectifs scientifiques d'Al-Amal

Pour sa première mission d'exploration martienne, l'UAE Space Agency s'intéressera à l'atmosphère de Mars. Avec la collaboration d'institutions scientifiques étrangères, notamment les universités du Colorado, de Californie et d'Arizona, l'agence spatiale a mis au point trois instruments qui équipent la sonde.

L'imageur multi-bandes EXI (Emirates eXploration Imager) fournira des images avec une résolution spatiale supérieure à 8 km dans trois bandes ultraviolettes (UV) et trois bandes couleurs.

Le spectromètre infrarouge EMIRS (Emirates Mars InfaRed Spectrometer) examinera les modèles de température, la glace, la vapeur d'eau et la poussière dans l'atmosphère.

Le spectromètre ultraviolet EMUS (Emirates Mars Ultraviolet Spectrometer) étudiera la haute atmosphère et les traces d'oxygène et d'hydrogène plus loin dans l'espace.

Le package scientifique permettra d'étudier la dynamique du climat martien et d'établir une carte météorologique globale en caractérisant la basse atmosphère de Mars. Il pourra également expliquer comment s'échappent l'oxygène et l'hydrogène de l'atmosphère martienne en corrélant les conditions de la basse atmosphère avec celles de la haute atmosphère.

Sources

Sur le même sujet