La menace qui vient de l'espace

16-02-2013 Philippe VOLVERT

Les évènements qui se sont déroulés dans la journée de vendredi nous rappellent à quel point notre planète est vulnérable face aux dangers que représentent les petits corps célestes voyageant dans notre système solaire.

Voici plusieurs jours que l'on entend parler de lui. Lui c'est 2012 DA14, un astéroïde de 45 m de long qui s'approche occasionnellement près de la Terre. Repéré voici un an par le télescope de La Sagra Sky Survey en Espagne, l'astéroïde était suivi à la trace, ce qui a permis de définir avec précision son orbite. Il se déplace à la vitesse de 7,8 kilomètres par seconde sur une orbite très similaire à celle notre planète, avec une période de 366,24 jours. C'est ainsi que les scientifiques de l'ESA et la NASA sont parvenus à déterminer qu'un passage était prévu ce vendredi avec un risque nul de collision. En effet, les calculs prédisaient un survol de notre planète à 27 600 km de distance. C'est proche et loin en même temps si l'on prend en considération que les satellites de météorologie et de télécommunications circulent sur l'orbite géostationnaire située à 36 000 km au-dessus de la ligne équatoriale. A 19 heures 25 TU, 2012 DA14 traversait le ciel sous l'oeil de nombreux télescopes professionnels mais aussi amateurs.

Si l'astéroïde a fait beaucoup de bruit dans les médias, c'est parce que c'est la première fois qu'un tel bolide, 135 000 tonnes environ, passant aussi près de la Terre était détecté. Selon Donald Yeomans de la NASA, un tel bloc rocheux s'approche de notre planète tous les 40 ans en moyenne avec un risque de collision tous les 1 200 ans. La dernière en date connu est celle qui s'est produit à Toungouska en Sibérie. On estime qu'environ 80 millions d'arbres sur une surface de plus de 2 000 km² ont été rasés lors de l'impact. On n'ose imaginer les conséquences au bord d'un rivage ou au centre ville.

Le danger ne vient pas forcément des astéroïdes qui sont détectés longtemps à l'avance mais ceux qui foncent vers nous sans crier gare. Il est 03 heures 23 TU ce vendredi lorsque le ciel de la région de Tcheliabinsk en Russie est déchiré par une longue trainée lumineuse suivie d'un puissant grondement et d'une onde de choc qui a secoué six villes de la région. Une grosse météorite vient de se désintégrer. Le bilan est lourd puisque le ministère russe de l'Intérieur fait état d'au moins 1 000 blessés dont deux dans un état grave. Le ministère des Situations d'urgence a mobilisé quelques 20 000 hommes ainsi que sept avions de reconnaissance pour explorer la région où de nombreux bâtiments ont été endommagés. Plus tard dans la journée, la NASA donnait une première estimation de la taille du bolide. Elle serait environ trois fois plus petite que 2012 DA14 pour un poids de 7 000 tonnes. Sa vitesse serait de 18 m à la seconde, libérant au moment de sa désintégration une énergie comparable à une petite bombe atomique. Il n'existe aucun lien entre cet évènement et le survol de 2012 DA14 quelques heures plus tard. Tout au plus, il présente une coïncidence malheureuse. Dans la soirée, le vice-Premier ministre en charge de la défense et de l'industrie Dmitri Rogozine a demandé à ce que soit développé un système anti-astéroïde international. Il existe au sein de l'ESA et de la NASA un programme de détection des astéroïdes mais rien n'est prévu pour contrer une menace potentielle. Rappelons qu'à ce jour quelques 600 000 astéroïdes ont été découverts dont 1 400 sont considérés comme potentiellement dangereux.

Sur le même sujet