Juno en route pour Jupiter

05-08-2011 Philippe VOLVERT

La sonde américaine Juno a commencé son périple en direction de Jupiter qu'elle atteindra en juillet 2016 pour une mission d'exploration de 33 mois. Son voyage a débuté ce vendredi à 16 heures 25 TU à Cape Canaveral en Floride d'où elle est partie, au sommet d'une fusée Atlas V équipée de 5 boosters à poudre. Le lancement d'est déroulé sans problème, bien que retardé de 50 minutes, le temps de résoudre une anomalie technique découverte quelques minutes plus tôt. Cinquante trois minutes et 14 secondes plus tard, Atlas V injectait la sonde sur une trajectoire qui la fera passer près de la Terre en octobre 2013. Juno se servira de l'attraction de notre planète pour atteindre la vitesse nécessaire pour croiser l'orbite de Jupiter à quelques 869 millions de km de nous. Courant de l'été 2016, Juno freinera et se fera happer par l'attraction de la planète géante. Après quelques manoeuvres pour circulariser l'orbite autour de la planète, Juno commencera sa mission de l'étude de Jupiter.

Mais que va étudier Juno ? Equipée de 8 instruments, Juno devra permettre aux scientifiques de mieux appréhender la planète géante. A l'aide d'un radiomètre micro-onde et spectromètre imageur infrarouge, la sonde devra dévoiler l'abondance de l'ammoniac et de l'eau dans l'atmosphère jovienne. On se souvient qu'en décembre 1994, Galileo avait largué un petit module atmosphérique qui avait révélé un taux d'humidité très bas dans les couches nuageuses supérieures. Les scientifiques avaient alors pensé que le module avait traversé une zone sèche, ce qui expliquerait que l'eau était présente en quantité insignifiante. Avec une instrumentation adaptée, il sera possible de mesurer ce taux non plus sur une zone bien définie mais sur l'entièreté de l'atmosphère jovienne. Le magnétomètre devra, quant à lui, mesurer le champ magnétique de Jupiter et déterminer sa période de rotation avec plus de précision que ce qui a été fait jusqu'à présent. La sonde devra également mesurer le champ gravitationnel de Jupiter afin de connaître la distribution de la masse de la planète. Il serait intéressant de comparer les résultats obtenus d'une planète gazeuse avec une planète tellurique comme la Terre. Un pack de cinq instruments dressera un portrait en trois dimensions de la magnétosphère de Jupiter, siège des aurores polaires. Le tout sera compléter par une caméra qui fournira des images en haute définition des nuages de Jupiter et notamment des pôles.

A noter la présence d'une plaque dédicacée à l'astronome Galileo, celui qui a découvert les principales lunes de Jupiter. Moins courant est la présence de trois figurines fabriquées par la firme Lego représentant Galileo, Jupiter le dieu romain et sa femme.

Sources

Sur le même sujet