Jour J pour Philea

12-11-2014 Philippe VOLVERT

Après un peu plus de 10 ans de voyage à travers le système solaire, le robot Philae s'apprête à se poser sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Un exploit, s'il est réussi, fera date dans les anales de l'exploration du système solaire.

C'est en effet à une grande première que nous allons assister avec cet atterrissage sur une comète. Jamais une telle expérience n'avait été tentée jusqu'à aujourd'hui. Hormis l'impacteur de la sonde américaine Deep Impact, aucun engin ne s'était aventuré à se poser sur le noyau d'une comète. Et pour cause. Pour relever le défi, les scientifiques ont du faire preuve d'ingéniosité. L'astre, d'environ 4 km de long, présente de nombreuses difficultés à surmonter. La très faible gravité de la comète pourrait suffire à réexpédier l'engin dans l'espace interplanétaire sur simple contact avec la surface. C'est pourquoi il se posera à la vitesse d'un mètre à la seconde avant de libérer un harpon qui le maintiendra ancré au sol. Bien qu'encore calme, 67P/Churyumov-Gerasimenko peut se réveiller à tout moment avec l'accroissement des zones actives où se vaporisent la glace et la poussière sous forme de jets de gaz. Sans oublier les caractéristiques morphologiques de l'astre que l'on ne connaissait pas avant cette année. Une surprise de taille puisque le noyau cométaire présente une forme originale bilobée. Les scientifiques avancent une première hypothèse pour expliquer la forme si particulière. Ils pensent que la comète serait constituée de deux blocs de glaces qui se seraient soudés entre eux après une collision. Un facteur supplémentaire qui complexifie l'orbite de la sonde Rosetta, le taxi qui a convoyé le robot Philae jusqu'à la comète.

Les choses sérieuses ont commencé hier à 19 heures TU avec le premier des cinq feux verts qui doivent autoriser la séparation avec Philae. Le déroulement des opérations se poursuivant normalement, les autres « Go for separation » ont été validés par les équipes au sol conduisant à une séparation nominale à 09 heures 03 TU ce mercredi. A ce moment là, Rosetta se trouvera à 22 km de la surface et il faudra 7 heures pour se poser sur le site sélectionné et baptisé Aguilkia. Il porte le nom d'une île située sur le Nil, au sud de l'Egypte. Un ensemble d'anciens bâtiments égyptiens, parmi lesquels le célèbre Temple d'Isis, fut déplacé sur l'île d'Aguilkia lorsque l'île de Philae fut engloutie par les eaux lors de la construction des barrages d'Assouan au siècle dernier. Après l'atterrissage, il faudra attendre quelques minutes encore avant de réceptionner les premières images provenant de la surface de la comète. Une fois posé, Philae aura encore du pain sur la planche. Il disposera de quelques jours seulement pour une analyse approfondie de la couche supérieure de la croûte cométaire. Les données récoltées complèteront celles de la sonde Rosetta, ce qui permettra de dresser le portrait robot scientifique le plus précis d'une comète.

Sur le même sujet