Hayabusa 2 revient sur Terre avec ses échantillons

05-12-2020 Philippe VOLVERT

Le voyage aller-retour de la mission Hayabusa 2 vers l'astéroïde Ryugu s'est achevé samedi à 17 heures 47 TU par l'atterrissage de la capsule de retour des échantillons dans le désert australien de Woomera.

Aussitôt, les équipes de recherche dépêchées sur place sont parties en hélicoptère rechercher la capsule de 16 kg contenant sa précieuse cargaison.

Une fois localisée, les équipes ont transféré la capsule dans une installation de traitement temporaire à Woomera en vue de son rapatriement par avion vers le campus scientifique de la JAXA à Sagamihara (Japon) d'ici lundi. Commencera alors le travail d'analyse des échantillons prélevés l'an dernier sur l'astéroïde Ryugu par les scientifiques. Pour l'heure, personne ne sait la quantité exacte de roches qui a pu être collectée par la sonde. Il est également possible que l'opération de collecte ait échoué et que la capsule soit vide ou contienne une quantité insuffisante pour procéder à une analyse.

L'enjeu de cette collecte d'échantillons est d'isoler les composants primordiaux du système solaire que l'astéroïde a théoriquement préservés. L'intérêt majeur pour Ryugu repose sur sa composition chimique. L'objet fait partie des astéroïdes de C, c'est-à-dire une composition majoritairement carbonée. Analyser des échantillons de ces astéroïdes est la clé pour comprendre la genèse du système solaire dont la naissance remonte à 4,56 milliards d'années.

La NASA collaborera avec la JAXA pour l'analyse des échantillons. En contrepartie, l'agence spatiale américaine fournira des roches prélevées sur l'astéroïde Bennu par la mission OSIRIS-REx. La mission américaine devrait s'achever en septembre 2023 par un atterrissage de la sonde dans le désert de l'Utah.

Des scientifiques français et allemands, qui ont également contribué à Hayabusa 2, aideront au travail d'analyse des échantillons. La France et l'Allemagne avaient fournit l'atterrisseur MASCOT qui s'était posé sur l'astéroïde Ryugu en octobre 2018.

La mission Hayabusa 2

Lancée en décembre 2014, la sonde aura mis près de 3,5 ans pour rejoindre 162173 Ryugu. Il s'agit d'un astéroïde de la famille des géocroiseurs d'un peu moins de 900 m de diamètre. Autrement dit, c'est un astéroïde dont l'orbite recoupe celle de la Terre, ce qui représente une menace potentielle pour notre planète.

Hayabusa s'est placé en orbite autour de Ryugu le 27 juin 2018 et a commencé la première phase de la mission qui consistait à définir les caractéristiques physiques de l'astéroïde et identifier les sites d'atterrissage potentiels pour la collecte d'échantillons.

Avant de débuter la phase critique de la mission, Hayabusa 2 a déployé plusieurs robots qui se sont posés à la surface de Ryugu. La sonde embarquait trois petits rovers MINERVA-II et l'atterrisseur franco-allemand MASCOT.

Les scientifiques et ingénieurs ont été surpris par la nature même de l'astéroïde et ont été contraint de revoir leurs plans mais surtout de retarder la collecte des échantillons. En effet, le risque était très élevé d'endommager la sonde en raison de la nature particulièrement chaotique de la surface de l'astéroïde. Elle est fortement accidentée avec une présence très élevée de roches dont certaines peuvent atteindre 140 mètres. Pour prélever les échantillons, Hayabusa 2 devait entrer en contact avec le sol sans heurter un de ces blocs.

Finalement, une première collecte est effectuée avec succès le 21 février 2019. Une seconde tentative, tout aussi réussie, est réalisée le 11 juillet 2019. Les échantillons sont stockés dans une capsule prévue pour un retour sur Terre. Les concepteurs de la mission prévoyaient de collecter jusqu'à 100 milligrammes mais il faudra attendre l'ouverture de la capsule dans quelques jours pour savoir la quantité exacte prélevée.

Le 13 novembre 2019, Hayabusa 2 a quitté l'orbite de Ryugu et a repris la direction de la Terre pour un voyage d'un an.

Sources

Sur le même sujet