Fin de périple pour Hayabusa

13-06-2010 Véronique CHEVALIER

Ce dimanche 13 juin marque la fin du voyage semé d'incessants aléas pour la sonde japonaise Hayabusa. C'est en effet en cet après-midi que la sonde de Jaxa (l'Agence d'exploration aérospatiale japonaise) et sa capsule se sont d'abord séparées avant que la dite capsule n'atterrisse sur le site australien de Woomera après sept années passées dans l'espace à proximité de l'astéroïde Itokawa dont elle est sensée avoir ramené des échantillons de poussière.

Le suspense ultime tient maintenant dans le fait de savoir si ce défit a été relevé ou non. Car de suspense il en a été constamment question lors de cette expédition. La malchance a en effet été le plus fidèle et indésirable compagnon de Hayabusa depuis son lancement en mai 2003.

Les premières difficultés apparaissent avant même que la sonde ne rejoigne sa cible qu'elle doit atteindre en 2005. Seulement 6 mois après avoir décollé, Hayabusa doit affronter une tempête solaire qui lui abîme l'un de ses panneaux solaires et amoindrit sa force de propulsion. Quelques mois plus tard, la sonde subit un nouveau dommage lorsque l'un des trois gyroscopes responsables de son orientation cesse de fonctionner. Heureusement pour la sonde, ses deux autres gyroscopes assureront quand même la manoeuvre sans trop de problèmes. En 2005, Hayabusa arrive finalement à destination autour d'Itokawa. Sa mission est alors de dénicher un site d'atterrissage propice à la récolte d'échantillons de matières tant convoités. Mais nouveau revers pour Hayabusa qui, en octobre 2005, perd l'usage d'un autre de ses gyroscopes, ce qui rend, cette fois-ci, les mouvements beaucoup plus délicats. Après quelques hésitations et autres ratages, la sonde parvient finalement à prendre des clichés très rapprochés de la surface de l'astéroïde et à y larguer le robot Minerva. Mais, autre déception, le robot passe carrément à côté de l'objet céleste et part poursuivre sa course dans l'espace. Inlassablement et courageusement, Hayabusa continue de tout faire pour mener à bien sa mission. En novembre 2005, le 19 novembre précisément, elle doit enfin descendre elle-même sur Itokawa afin d'en extraire un peu de poussière. Mais encore une fois, tout ne se déroule pas comme prévu! Lors de sa descente, la sonde change sans prévenir d'inclinaison rompant par la même occasion tout contact avec les scientifiques de la Jaxa qui donnaient justement l'ordre d'annuler la manoeuvre et de remonter. Restée sourde à cette commande, la sonde finit donc par se poser à la surface mais en prenant appui sur l'un des panneaux solaires. Une demi-heure plus tard, la communication avec la Terre reprend et Hayabusa peut remonter. Un deuxième essai a lieu le 25 novembre. Les premières données concernant la manoeuvre laisse penser qu'elle s'est bien déroulée, que les deux impacteurs ont touché la surface de l'astéroïde et que le collecteur a pu récupérer de la matière. Mais, ensuite, de secondes analyses montrent au contraire que les impacteurs n'ont pas pu être largués. Tous les espoirs de la Jaxa tiennent depuis dans le fait que des résidus de poussière ont pu être attrapés par le collecteur au moment où la sonde a rebondi et donc soulevé avec elle un nuage de matière. Pas encore au bout de ses peines, Hayabusa manque une première occasion de revenir sur Terre en décembre 2005 à cause d'une fuite de carburant. En avril 2007, la sonde peut enfin entamer son voyage de retour mais en chemin l'un des moteurs tombe en panne, et seul le réaménagement d'un propulseur à partir de deux autres défectueux permettra à la sonde de repartir.

Incroyable odyssée et insoutenable attente quant aux résultats de la mission qui prennent donc fin aujourd'hui alors qu'Hayabusa a désormais retrouvé le sol terrestre.

Sur le même sujet