Fin de la mission Fobos-Grunt malheureusement

16-01-2012 Philippe VOLVERT

La sonde Fobos-Grunt n'aura pas été plus loin que l'orbite terrestre. La sonde d'exploration martienne conçue par la Russie s'est désintégrée dans les hautes couches de l'atmosphère ce dimanche soir alors qu'elle survolait l'Océan Pacifique à quelques encablures des côtes chiliennes, mettant un point final à une mission qui a rencontré des problèmes dès qu'elle a rejoint l'espace. La consternante histoire avait commencé le 09 novembre dernier avec le lancement réussi par une fusée Zenit 2 lancée du cosmodrome de Baïkonour. Initialement prévu pour 2009, le lancement avait été reporté en raison des nombreux problèmes techniques qu'avaient rencontrés les concepteurs pendant la construction de la sonde. Faute de pouvoir être prêts pour la fenêtre de 2009, ils se sont résignés à repousser le départ de 2 ans, histoire de finaliser les tests et l'assemblage de la sonde. Les Russes espéraient récolter des échantillons de Phobos, l'une des lunes de Mars et les ramener sur Terre. L'objectif affiché était très ambitieux, peut-être même trop ambitieux pour un pays qui n'a jamais vraiment réussi une mission martienne depuis qu'il s'y est attelé dans les années 60. Déposée sur une orbite parking par la fusée, la sonde devait allumer une première fois son bloc propulsif MDU pour rehausser l'orbite puis une seconde fois afin de quitter l'attraction terrestre et rejoindre l'orbite martienne en 2012. Malheureusement, aucun des deux allumages n'a eu lieu et la sonde est restée calée sur son orbite parking. Dans un premier temps, les Russes espéraient récupérer la situation en tentant de communiquer avec l'engin en perdition. Mais avec une seule antenne disponible, les chances étaient minces. Tellement minces qu'ils n'y sont jamais parvenus. L'Agence Spatiale Européenne a offert son aide en mettant à disposition son réseau d'antennes. Si le contact a pu être établi, les commandes envoyées n'ont rien changé. Pire encore. Il semblerait même que deux pièces se sont détachées de la sonde, la réduisant à l'état d'épave. Le 21 novembre dernier, le sort était scellé puisque la fenêtre permettant aux Russes de rejoindre Mars s'est définitivement refermée. Déconfis, les responsables de la mission n'avaient plus qu'une seule chose à faire. Suivre la descente inexorable de Fobos-Grunt pour prédire au mieux son point de chute sur Terre. Si la majeure partie des 11 tonnes de l'engin devaient se consumer dans les hautes couches atmosphériques, quelques 20 à 30 pièces pouvaient résister à la chaleur de la rentrée dont la capsule qui devait contenir les échantillons de Phobos. Ce dimanche, à 17 heures 45 TU, Fobos-Grunt s'est éteinte dans le Pacifique sans gloire. Triste fin pour la première mission d'exploration planétaire russe ces quinze dernières années.

Sur le même sujet