A la poursuite de 1999 JU3

03-12-2014 Philippe VOLVERT

Le Japon se lance dans une nouvelle mission ambitieuse de collecte d'échantillons provenant d'un astéroïde. La sonde Hayabusa 2 a pris le chemin de 1999 JU3 ce mercredi matin depuis le centre spatial de Tanegashima. La fusée H-IIA, modèle 202 équipé de deux boosters latéraux, a décollé à 04 heures 22 minutes et 04 secondes très précisément sans le moindre retard de chronologie. Initialement prévu pour le week-end dernier, le lancement avait du être reporté de plusieurs jours en raison d'une météo défavorable.

Hayabusa 2 prend la suite de son prédécesseur qui avait ramené sur Terre en juin 2010 le fruit de sa précieuse collecte prélevée sur l'astéroïde Itokawa et ce, malgré les nombreuses difficultés rencontrées lors de la mission. L'architecture de la sonde est largement inspirée de son aînée si l'on excepte le système la méthode de collecte des échantillons et l'emport d'un robot franco-allemand baptisé MASCOT. La cible désignée pour cette mission est l'astéroïde 1999 JU3. Il est de type C, c'est-à-dire susceptible de contenir des matériaux organiques. Il fait partie des géocroiseurs de la famille Apollon, susceptible de présenter un jour une menace pour notre planète. D'où le double intérêt pour cet astre de moins d'un kilomètre de long.

Après un voyage de 3 ans et demi, Hayabusa doit se placer en orbite autour de 1999 JU3 pour une étude approfondie qui doit durer 18 mois. Au cours de cette période, la sonde doit faire atterrir MASCOT (Mobile Asteroid Surface SCOuT) d'un poids de 10 kg qui a été développé conjointement par les agences spatiales allemande et française. Equipé d'une batterie non rechargeable, l'engin aura 12 heures pour mener à bien des études scientifiques in situ à la surface de l'astéroïde. Doté d'une capacité de déplacement, il pourra analyser trois zones distinctes. MASCOT n'est pas le seul robot qu'Hayabusa 2 déposera sur 1999 JU3. Elle embarque également trois petits rovers MINERVA de 1,5 kg équipés de caméra et de thermomètres. Mais le clou de la mission est sans conteste la récolte d'échantillons. Les scientifiques souhaitent ramener sur Terre du matériau d'origine du système solaire. Protégé sous une épaisse couche de poussière, il n'a pas été altéré par l'érosion, l'exposition au vide spatial ou encore au rayonnement cosmique depuis des milliards d'années. Pour mener à bien l'opération, Hayabusa 2 éjectera un projectile qui s'écrasera à la surface de l'astéroïde. La force de l'impact créera un cratère qui libérera le précieux matériau sous la forme d'un nuage qui sera ensuite récupéré par le collecteur. Trois séances de collectes sur différentes partie de 1999 JU3 sont au programme. En décembre 2019, la sonde quittera l'orbite de l'astéroïde et prendra la route de notre planète qu'elle atteindra en décembre 2020. La capsule contenant les échantillons sera larguée et se posera dans le désert australien où elle sera récupérée pour analyse dans les laboratoires.

Sources

Sur le même sujet