ULA et SpaceX raflent la mise pour trois missions de sécurité nationale

10-08-2020 Philippe VOLVERT

United Launch Alliance et SpaceX se partageront le lancement de plusieurs satellites de haute importance du Department of Defense. Northrop Grumman et Blue Origin n'ont pas été sélectionnées à l'appel d'offre du Pentagone, connue sous le nom de National Security Space Launch Phase 2 Launch Service Procurement.

Le montant global du contrat s'élève à 653 millions $ et concerne 3 missions de sécurité nationale supplémentaires à lancer d'ici 2024. L'enveloppe sera partagée entre ULA qui empoche 337 millions $ pour deux missions et SpaceX qui a reçu un contrat de 316 millions $ pour une mission.

Ces missions s'ajoutent aux 34 autres qui couvrent la période 2022 à 2027 et qui seront effectuées pour le compte du Department of Defense et du National Reconnaissance Office. Elles englobent les satellites de reconnaissance, les satellites de télécommunications ou encore de géolocalisation.

L'accord signé avec ULA et SpaceX fait partie du programme National Security Space Launch qui vise à réduire le coût des lancements mais surtout à ne plus dépendre d'un système de propulsion russe pour les missions stratégiques.

Après l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, le Congrès américain a incité l'armée à repenser sa stratégie d'acquisition de fusées pour les missions les plus prioritaires. Une loi votée la même année, plafonne le nombre de moteurs RD-180 que l'armée peut utiliser pour lancer des satellites de sécurité nationale avant de passer à une fusée dotée d'une propulsion américaine.

C'est dans ce contexte que ULA a lancé le développement de Vulcan, équipée de deux moteurs BE-4 mis au point par Blue Origin. A termes, elle remplacera les Atlas V et Delta IV.

Le Pentagone compte sur deux filières de lanceurs, indépendantes l'une de l'autre, pour envoyer ses satellites dans l'espace et s'assurer d'une redondance en cas de force majeure.

L'armée américaine a attribué les charges utiles USSF-51 et USSF-106 à ULA pour des lancements au cours du premier trimestre et du troisième trimestre de l'année 2022. Si Vulcan, dont le premier vol est annoncé pour 2021, n'est pas certifiée pour les missions de sécurité nationale à l'échéance, ULA pourra recourir exceptionnellement à l'Atlas V.

SpaceX se chargera du lancement du satellite USSF-67 au cours du troisième trimestre de l'année 2022.

Sources

Sur le même sujet