Orbital ATK dévoile OmegA

19-04-2018 Philippe VOLVERT

Orbital ATK a dévoilé le nom de son futur lanceur, connu jusqu'à présent sous l'appellation Next Generation Launch System. L'annonce a été faite à l'ouverture du 34ème Space Symposium qui se tient du 16 au 19 avril à Colorado Springs.

OmegA est le nom du lanceur lourd qu'Orbital ATK est en train de développer. Il va compléter l'offre de lancement proposée par le constructeur aérospatial, qui se concentrait jusqu'à présent sur les lanceurs légers et moyens.

La nouvelle fusée tire son nom de l'un des plus grands amas globulaire de la Voie Lactée. Appelé Omega Centauri, ce groupe stellaire contient environ 10 millions d'étoiles et est l'un des rares amas d'étoiles visibles à l'oeil nu. Il fait également référence au fait que c'est le dernier lanceur qu'il manquait à Orbital ATK pour compléter sa gamme des moyens de transports spatiaux. Les lettres O et A en majuscules sont un clin d'oeil au nom de la compagnie.

OmegA est en développement depuis 2015 dans le cadre d'un partenariat de partage des coûts avec l'US Air Force. Jusqu'à présent, 250 millions $ ont été investis dans le nouveau lanceur, adapté tant pour les missions du Département de la Défense que pour les missions commerciales.

Architecture d'OmegA

La capacité vers l'orbite de transfert géostationnaire d'OmegA variera entre 8,5 et 10,1 tonnes selon la configuration choisie. La fusée est constituée de trois étages et pourra recevoir jusqu'à six boosters GEM 63, les mêmes qui équipent les Delta IV et prochainement Atlas V.

Pour réduire les coûts de développement, Orbital ATK utilise des technologies éprouvées. L'avionique, les logiciels et autres composants sont communs à tous les lanceurs de l'entreprise. Les étages inférieurs à propergol solide (Castor 300, 600 ou 1200) sont dérivés des boosters à poudre de la navette. L'étage supérieur cryogénique est équipé d'un moteur RL10C-1 utilisé sur l'étage Centaur d'Atlas V. La coiffe de 5 mètres de diamètre offrira un large volume pour les satellites de grande taille.

Partage des installations de lancement

Après les vols d'essai de la configuration intermédiaire au début 2021, OmegA sera certifiée pour les missions EELV (Evolved Expendable Launch Vehicle) de l'US Air Force à partir de 2022. La version lourde devrait suivre le même chemin à compter de 2024.

OmegA devrait décoller depuis le pas de tir 39B au Kennedy Space Center, partageant des installations de lancement, le bâtiment d'assemblage utilisé par la navette spatiale, y compris le transporteur mobile avec le SLS de la Nasa. Pour être rentable, le nouveau lanceur devrait voler entre 5 et 6 fois par an.

Sources

Sur le même sujet