OneWeb lance ses premiers satellites pour l'internet à haut débit

28-02-2019 Philippe VOLVERT

OneWeb devient une réalité après le lancement la nuit dernière des six premiers satellites par une fusée Soyuz depuis le Centre Spatial Guyanais. La fusée russe s'est élancée hier du pas de tir à 21 heures 37 TU pour un vol de 83 minutes jusqu'au déploiement des satellites sur l'orbite visée.

Cette mission est la première des 21 prévues d'ici fin 2020 selon les termes du contrat signé en juin 2015 entre Arianespace et OneWeb. Pour parvenir à tenir une cadence si soutenue, les trois bases spatiales d'où décollent les Soyuz seront sollicitées. Outre la Guyane, les cosmodromes de Baïkonour (Kazakhstan) et Vostotchny (Russie) seront mis à contribution.

Les satellites lancés ce soir sont des prototypes qui serviront à tester à une échelle très réduite les différents aspects de la future constellation OneWeb. Contrairement aux satellites opérationnels qui seront assemblés aux Etats-Unis, ceux-ci sont sortis de l'usine toulousaine d'Airbus Defence and Space.

OneWeb, des satellites produits à la chaîne

OneWeb, anciennement connue sous le nom de WorldVu, est une société créée en 2014, dont l'objectif est de former le premier réseau Internet à haut débit en orbite basse, destiné aux secteurs aéronautique et maritime, aux écoles et aux consommateurs individuels. Pour cela, elle mise sur une constellation de 648 satellites à lancer pour couvrir l'ensemble de la planète dès 2021.

Pour le mettre en oeuvre, le projet nécessite des investissements très importants, notamment pour la production et le lancement des satellites. Jusqu'ici, l'industrie aérospatiale construisait des satellites à l'unité voire en petite série mais pour un coût élevé. OneWeb va appliquer au spatial ce qui existe déjà dans l'automobile. Elle s'est associée au français Airbus Defence and Space pour former OneWeb Satellites qui est en charge de l'assemblage des satellites. Une usine de 13 900 m2 est construite à proximité du Kennedy Space Center en Floride d'où sortiront les engins à raison de deux par jour. De cette façon, il a été possible de maintenir le coût unitaire inférieur à 500 000 dollars. La petite taille des satellites, un peu moins de 130 kg chacun, permet d'en emporter jusqu'à 36 par fusée et de réduire encore la facture finale.

La constellation OneWeb

A l'origine du projet, OneWeb envisageait jusqu'à 1 000 satellites à lancer. Mais compte tenu des performances supérieures à celles attendues des engins de démonstration, le nombre de satellites à lancer a été réduit à 648.

Après leur lancement, ils sont séparés sur une orbite provisoire à 500 km d'altitude, inclinée de 87,77 degrés. Dotés d'une propulsion électrique, ils rejoignent par leur propre moyen leur orbite de travail à 1 200 km d'altitude. Chaque satellite fournira un accès internet en bande Ku à un débit moyen de 10 Gb à la seconde avec un temps de latence minimal est de 50 millisecondes.

Pour assurer une couverture globale, les 648 satellites seront répartis sur 18 plans orbitaux. Chaque satellite sera en mesure de couvrir une zone large de 1 080 km. La durée de vie d'un satellite est au minimum de 5 ans.

Sources

Sur le même sujet