Nouvelle affaire de falsification de documents

28-05-2019 Philippe VOLVERT

Un mois après l'affaire de falsification de documents chez l'un des sous-traitants de Northrop Gruman (Orbital ATK au moment des faits), une nouvelle histoire du même genre vient d'être dévoilée. Elle touche PMI Industries, une entreprise spécialisée dans l'usinage de certaines pièces aérospatiales, notamment pour les fusées Falcon 9 et Falcon Heavy de SpaceX.

L'affaire remonte au début de l'année 2018. A la demande de SpaceX, SQA Services réalise un audit chez PMI Industries. Au cours de l'expertise, la société découvre que des rapports ont été falsifiés. Ils concernent des pièces qualifiées «ITAR restreintes» (portant sur le contrôle à l'exportation des articles et services liés à la défense), mais également la coiffe des fusées Falcon.

Avertie, la NASA s'est rapidement inquiétée de la possibilité que des composants défectueux puissent être montés sur la fusée Falcon 9 prévue pour le lancement du satellite TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite) programmé dans les semaines suivantes.

Après une enquête menée par le FBI, le bureau du procureur de New York a décidé de porter plainte contre James Smalley, un ancien employé de PMI Industries. Au cours des auditions, il aurait déclaré avoir falsifié des rapports d'inspection. En tant qu'ingénieur du contrôle qualité, il aurait mis en place un système qui permettait de produire de faux rapports d'inspection pour du matériel envoyé chez SpaceX.

Selon le procureur, ce ne sont pas moins de 38 faux rapports qui ont été rédigés. Ils concernent 76 pièces détachées qui devaient être utilisées ou qui ont été utilisées pour équiper des fusées Falcon affectées à des missions gouvernementales, dont sept pour la Nasa. Par chance, toutes les missions concernées ont été couronnées de succès.

Agé de 41 ans, James Smalley encourt 10 ans de prison et une amende de 250 000 dollars s'il est reconnu coupable des charges qui sont retenues contre lui. Lors des interrogatoires, il a expliqué qu'il avait agi dans le but d'expédier plus de pièces détachées chez SpaceX.

Source

https://spacenews.com/engineer-charged-with-falsifying-inspections-of-spacex-hardware/

Sur le même sujet