Arianespace, une décennie de succès

20-12-2012 Philippe VOLVERT

La nuit dernière, la 211ème fusée Ariane décollait à l'heure dite et plaçait correctement sur orbite de transfert géostationnaire deux nouveaux satellites. Une mission rondement menée, une certaine routine diraient les néophytes du spatial. Pourtant, tout n'a pas toujours été rose chez Arianespace. Il y a 10 ans, la 14ème Ariane 5, première en configuration ECA, devait être détruite quelques minutes après son départ de Kourou lissant planer un sérieux doute sur la fiabilité de la dernière génération de lanceurs européens. Et pour cause. Sur ces 14 lancements ont dénombrait 2 échecs et 2 mises sur orbite dégradée. La situation devenait critique d'autant plus que la concurrence venait de réussir la mise en service de la Delta IV et Atlas V conçues pour détrôner Ariane qui détenait la place de leader sur le marché commercial depuis près de 20 ans. Une remise en question et une solide consolidation du programme ont permis de fiabiliser le lanceur européen pour arriver à « 53 succès d'affilée d'Ariane 5. Ce qui représente un niveau de fiabilité extraordinaire et de loin inégalé... Ailleurs, on parle plutôt de mois alors qu'ici, on parle de 10 ans de succès » comme tenait à le souligner Jean-Yves Legall, patron d'Arianespace dans son discours. Une pique de bonne guerre à l'encontre de Proton, principal concurrence d'Ariane, qui connaît un problème récurrent de fiabilité.

Sous la coiffe du lanceur se trouvait deux satellites de télécommunications. Le premier a été libéré 27 minutes et 9 secondes après le décollage. Il s'agit de Skynet 5D. Il a été construit par Astrium pour le compte du département de la défense britannique. Il utilise une plate-forme Eurostar E3000 et pesait au décollage 4 800 kg. Il rejoindra son poste de travail par 25° Est d'où il desservira les armées en communications sécurisées pendant au moins 15 ans.

Le second a également été injecté sur la bonne orbite 9 minutes plus tard. Mexsat 3 Bicentenario a été construit par Orbital Sciences Corporation pour le compte du Secrétariat mexicain des télécommunications et du transport. Il utilise une plate-forme GEOStar-2 équipée de 8 répéteurs en bande C et 8 répéteurs en bande Ku lui conférant une masse au décollage de 2 935 kg. Dans les prochains jours, il rejoindra sa position sur orbite géostationnaire par 114,9° Ouest d'où il assurera des services de télécommunications pendant 16 ans sur tout le territoire mexicain.

Sur le même sujet