Pluton, des images en haute définition

12-09-2015 Philippe VOLVERT

Deux mois après la rapide rencontre entre Pluton et New-Horizons, la NASA dévoile les premières images en haute définition de la planète naine et de Charon, sa principale lune. Depuis le 04 septembre, la sonde américaine a stoppé ses observations et a entamé le long processus de transmission de toutes les images et mesures collectées pendant le survol. L'opération fastidieuse prendra un an et ce sont les antennes du Deep Space Network qui seront mises à contributions pour réceptionner toutes les données stockées dans la mémoire de la sonde.

Si les images en basse qualité reçues « en direct » laissaient deviner une géologie complexe sur Pluton, les images en haute définition reçues jeudi dernier ne laissent plus planer aucun doute comme le confirme Jeff Moore, le géologue de l'équipe. « La surface de Pluton est aussi complexe que celle de Mars ».

Que nous montrent les nouvelles images de Pluton ? Le plus surprenant est la présence de ce qui ressemble à des dunes à la surface de la planète naine. Sur Terre, Mars voire Titan, les dunes ont pour origine le phénomène éolien qui pousse la poussière en monticules qui peuvent se déplacer dans le temps. Hors, sur Pluton, il parait difficile qu'un tel processus soit existant en raison de la très faible voire quasi inexistence d'atmosphère. S'il s'agit bien de dunes, les géologues devront tenter de comprendre la mécanique qui crée ce phénomène.

Les géologues sont intrigués par une zone d'un blanc immaculé et dépourvue de cratère, informellement baptisée Sputnik Planum. La plaine serait âgée probablement de moins de 100 millions d'années et suggèrerait une activité géologique toujours présente à la surface. Elle se trouve se trouve au nord des montagnes de glace au coeur de la région Tombaugh et s'étend sur 1 600 km. Sa surface est brisée en segments de formes irrégulières d'environ 20 km de long et bordés par ce qui semble être des creux peu profonds. Une énigme de plus que les scientifiques devront encore expliquer.

On n'est qu'au début de la réception des données collectées par New-Horizons pendant son bref passage aux abords de Pluton. Il est fort probable qu'elles permettront de dresser un portrait robot de la planète naine mais il y a fort à parier que certaines découvertes ouvriront de nouvelles questions auxquelles les scientifiques tenteront de répondre. Pendant ce temps, la petite sonde poursuit sa route et devrait croiser l'orbite de 2014 MU69, un petit corps rocheux de la Ceinture de Kuiper en janvier 2019.

Sur le même sujet