Oppy, 10 ans sur Mars

24-01-2014 Philippe VOLVERT

Vingt-quatre janvier 2004, l'effervescence est à son comble au Jet Propulsion Laboratory en Californie. Trois semaines après l'atterrissage du rover Spirit, son jumeau Opportunity s'apprête à le rejoindre sur la surface martienne. Le site choisi est la plaine de Meridiani dans la région d'Arabia Terra près de l'équateur. La mission qui lui est assignée est l'étude géologique des roches afin de rechercher des indices de l'activité passée de l'eau. Pour la réaliser, la NASA lui a donné trois mois avec la possibilité de prolongation s'il est en état. Dix ans plus tard, Opportunity roule toujours et continue à surprendre. Dernièrement, c'est une photo qui a fait le buzz avec la découverte d'un caillou de couleur claire qui n'était pas présent sur un autre cliché de la même zone pris douze jours plus tôt. Une énigme qui laisse les scientifiques de la NASA perplexes d'autant plus que son analyse a révélé une teneur en sulfate et en magnésium ainsi qu'un taux anormalement élevé de manganèse. L'origine reste mystérieuse bien qu'il s'agisse probablement d'un morceau de roche déplacé lors d'un mouvement de roue du rover ou d'un débris résultant de l'impact d'un bolide avec la surface martienne à proximité.

En dix ans, Opportunity aura traversé la plaine sur près de 40 km, croisant au gré de son voyage des cratères, des roches ou encore des dunes en ne perdant pas de vue son objectif initial. Des résultats scientifiques, il y en a eu comme par exemple la découverte des « myrtilles », sphères de 3 mm riches en fer formées très lentement dans un bassin d'eau liquide à turbidité élevée. Plus récemment, le rover a mis au jour la présence d'argile très hydratée qui se forment dans des milieux humides où l'eau a un Ph neutre ou encore de gypse, roche saline commune des bassins sédimentaires. Autant de niches où la vie aurait pu apparaître à un moment donné. L'exploration géologique s'est largement poursuivie sur les flancs des cratères Endurance et Erebus avant de s'attarder longuement sur les flancs intérieurs du cratère Victoria. L'intérêt scientifique des cratères, notamment les plus grands comme Victoria, s'explique par la présence des différentes empilements géologiques à ciel ouvert, une véritable remontée dans le temps de l'histoire de la planète. Entretemps, Opportunity découvre sa première météorite. Baptisée Heat Shield Rock, elle est essentiellement composée de fer et présente des cavités à la surface caractéristique des météorites. D'autres suivront dans les années suivantes. Au dixième anniversaire de son atterrissage, il en a découvert cinq dont la plus grosse mesure 67 cm de long.

Au mois d'août 2008, les responsables de la mission décident de sortir le rover du cratère Victoria et lui assigne un nouveau site d'exploration. Il s'agit du cratère Endeavour à 12 km au sud-est de là. Si la route la plus rapide est en ligne droite, Opportunity ne peut l'emprunter en raison de la présence de dunes qui pourraient le condamner à une mort certaine comme cela a été le cas pour Spirit qui n'a jamais réussi à se dégager des sables dans lesquels il s'était enlisé. Après trois ans de chemins tortueux, le vaillant rover arrive à destination. Depuis, il parcourt les rebords de cette gigantesque formation de 22 km de diamètre résultant d'un impact météoritique.

Aujourd'hui, Opportunity fête ses dix ans à la surface de Mars. Conçu pour fonctionner trois mois, il a battu le record de longévité et est sur le point d'en battre un autre, celui de la plus longue distance parcourue par un engin mobile sur la surface d'un autre astre. Il aura engendré un nombre impressionnant de données et d'images mais surtout, il aura apporté la preuve concrète que de l'eau a bien coulé un jour sur Mars. Rover vieillissant, Opportunity aura apporté une contribution non négligeable à l'exploration martienne. Exploration martienne qui se poursuit avec son successeur, le rover Curiosity qui arpente les sables du cratère de Gale depuis août 2012.

Sur le même sujet