La sonde japonaise Kaguya en orbite lunaire

08-10-2007 Véronique CHEVALIER

Dans les prochains jours, les 9 et 12 octobre précisément, Kaguya se séparera des deux satellites qui l'accompagnent. L'un d'eux servira à la fois à la communication des données vers la Terre lorsque la sonde, cachée par la Lune, ne pourra plus être en contact avec elle et à l'émission de signaux. A ce niveau, le second satellite lui apportera son concours afin de déterminer le plus scrupuleusement possible le champ gravitationnel changeant et complexe de la Lune. Ensuite, le 19 octobre la sonde devrait avoir définitivement fixé son orbite à 100 kilomètres de la surface lunaire.

Même si à l'heure actuelle la caméra à haute résolution a déjà fait ses preuves en fournissant ses premières images de la Terre, prises après quelques 110 000 kilomètres de trajet, Kaguya devra vérifier si tous ses instruments fonctionnent parfaitement et c'est seulement au cours du mois de décembre qu'elle pourra entrer dans le vif de ses analyse. Elle s'adonnera alors à l'étude de la surface de la Lune (notamment à sa composition précise en minéraux et autres éléments), des champs magnétiques et de leur interférence avec le vent solaire, des composants énergétiques et des plasmas.

Avec cette nouvelle mission, l'observation de notre satellite vit ses jours les plus importants depuis 1969 et le premier petit pas de l'homme. C'est en effet avec cette sonde japonaise que débute un regain d'intérêt pour la Lune, auquel prennent aussi part les Etats-Unis, la Russie, la Chine et l'Inde dans le but avoué d'y implanter vers 2025 une base habitée.

Sur le même sujet