La Chine a ramené des roches lunaires

16-12-2020 Philippe VOLVERT

La capsule de retour de la mission Chang'e 5 s'est posée mercredi dans la région de la Mongolie intérieure chinoise, ramenant les premiers échantillons de la surface lunaire depuis 44 ans. L'atterrissage réussi met fin à la mission robotique la plus difficile du programme spatial chinois à ce jour.

Les équipes de récupération dépêchées sur la zone d'atterrissage ont accédé rapidement à la capsule pour commencer les opérations de sécurisation. Il est prévu de ramener la capsule dans un laboratoire à Pékin où elle sera ouverte pour extraire les échantillons en vue de leur analyse.

Le retour sur Terre de la capsule a couronné une mission qui a débuté 23 jours plus tôt. C'est en effet le 23 novembre dernier que Chang'e 5 a pris son envol au départ de la base de Wenchang, sur la côte nord-est de l'île de Hainan.

La sonde Chang'e 5 a mis cinq jours pour rejoindre la Lune et s'y placer en orbite à une altitude de 200 kilomètres environ. Quelques heures plus tard, l'atterrisseur a été largué et s'est posé en douceur dans une zone majoritairement plate, au Nord-Ouest de l'Océan des Tempêtes. Dans la région, les roches qui s'y trouvent ont un âge estimé de seulement 1,2 milliard d'années, bien plus jeunes que celles rapportées par les missions Apollo et les sondes soviétiques Luna.

Une fois sur la Lune, c'est un contre la montre qui s'est joué avec un planning très serré. Chang'e 5 s'est posée au début de la journée lunaire alors que les conditions de température et d'ensoleillement étaient optimales. L'atterrisseur ne disposait que de 48 heures pour récolter les échantillons et les transférer dans le module de remontée.

Pour le prélèvement des échantillons, Chang'e 5 disposait d'un bras équipé de deux systèmes de carottage distincts et d'un container utilisé pour le stockage. Douze collectes en plusieurs endroits ont été effectuées sur les quinze prévus initialement car la quantité de régolithe prélevée était supérieure à celle attendue. Un forage jusqu'à 2 m de profondeur a également été exécuté.

Une fois l'objectif principal accompli, il restait à ramener la précieuse cargaison sur Terre. Le 03 décembre, le module de remontée a décollé de la Lune pour accomplir le premier amarrage automatisé entre deux engins spatiaux robotisés autour d'un autre corps planétaire. La jonction entre les deux modules a permis le transfert des échantillons vers le container destiné à revenir sur Terre. Deux jours plus tard, Chang'e 5 était parée pour le retour.

Au bout de 11 jours de voyage Lune/Terre, l'orbiter de la mission Chang'e 5 a largué la capsule de rentrée à environ 5 000 kilomètres au-dessus de l'océan Atlantique Sud, puis a effectué une manoeuvre pour éviter de se désintégrer en rentrant dans l'atmosphère, en vue d'une réutilisation ultérieure.

La capsule a commencé à plonger dans l'atmosphère à 17 heures 33 TU. Vingt-six minutes plus tard, elle se posait en douceur dans la bannière de Siziwang en Mongolie-Intérieure.

La sonde Chang'e 5

Chang'e 5 est une sonde spatiale de retour d'échantillons lunaires de l'agence spatiale chinoise CNSA et développée et construite par la CASC (China Aerospace Science and Technology Corporation).

Pour la mission Chang'e 5, la Chine s'est inspirée des missions Apollo en reproduisant un plan de vol identique comprenant un rendez-vous en orbite lunaire entre l'orbiter et le module de remontée.

D'une masse de 8,2 tonnes au décollage, Chang'e 5 était constituée de quatre modules spécifiques:

L'orbiter était chargé des manoeuvres de corrections de trajectoires durant le voyage aller-retour mais également de l'insertion en orbite lunaire et l'injection dans l'orbite de transfert en direction de la Terre. Il abritait la capsule de retour des échantillons.

Comme son nom l'indique, l'atterrisseur est le module prévu pour se poser à la surface de la Lune. Son architecture est très similaire à celle des missions Chang'e 3 et 4 qui l'ont précédé. Il était équipé d'un bras robotique télécommandé de 3,6 mètres de long et il a également servi de plate-forme de départ pour le module de remontée.

Le module de remontée n'avait d'autre fonction que décoller de la Lune avec les échantillons et rejoindre l'orbiter pour le retour vers la Terre.

La capsule de retour est fixée à l'intérieur de l'orbiter. Une fois la collecte effectuée et le module de remontée amarré à l'orbiter, les échantillons ont été transférés dans un container prévu à cet effet. Juste avant la rentrée atmosphérique, la capsule a été éjectée de l'orbiter. Alors que ce dernier effectuait une manoeuvre d'évitement de la Terre pour une utilisation ultérieure, la capsule de retour plongeait dans l'atmosphère pour une récupération par les équipes de recherche.

Sources

Sur le même sujet