Israël rate la Lune

11-04-2019 Philippe VOLVERT

Il s'en est fallu de peu mais la sonde israélienne n'a pas réussi son atterrissage jeudi soir dans la Mer de la Sérénité, située dans l'hémisphère nord de la Lune.

Selon Opher Doron, Manager de la division spatiale à l'Israel Aerospace Industries, un problème dans l'une des unités de mesure inertielle aurait été détecté durant la descente. Les contrôleurs ont perdu la télémétrie à 19:19:40 TU pendant quelques instants, mais l'ont réacquise peu après. Le signal s'est définitivement éteint à 19:23:01 TU quand la sonde s'est écrasée sur la surface lunaire. La première perte de contact est intervenue au moment même où le moteur de freinage s'est allumé. Rien ne permet de dire actuellement s'il y a un lien entre les deux évènements.

Loin d'être défaitiste, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui avait fait le déplacement pour l'occasion, a déclaré qu'une autre mission du genre aurait lieu d'ici deux ans.

Beresheet, quand le privé se lance vers la Lune

Beresheet (qui signifie « Au commencement ») est le premier engin d'exploration du système solaire, financés sur fonds privés. Il est l'un des candidats malheureux du Google Lunar X Prize, compétition internationale organisée par la Fondation X Prize et parrainée par Google, qui promettait une récompense de 20 millions $ à la première équipe capable d'envoyer un robot à la surface de la Lune, qui soit en mesure de parcourir au moins 500 mètres tout en diffusant des données vers la Terre et une vidéo en haute définition.

A l'origine du projet, on trouve Yariv Bash, co-fondateur d'une société de fabrication de drones. Avec deux de ses amis, il se lance dans l'aventure et rejoint les équipes en compétition pour le Google Lunar X Prize. Ensemble, ils fondent la SpaceIL, société à but non lucratif, et parviennent à réunir près de 90 millions $. L'un des principaux donateurs n'est autre que le millionnaire israélien Morris Kahn.

En 2013, Israel Aerospace Industries est chargé de concevoir la sonde spatiale. Beresheet est un engin de 585 kg qui mesure 1,5 m de haut pour 2 m de diamètre. Il était équipé d'un magnétomètre développé par l'Institut Weizmann, d'une caméra de huit mégapixels et d'un rétroréflecteur laser fourni par la NASA. La contribution de la NASA à la mission fait suite à un accord entre les agences spatiales américaine et israélienne qui prévoyait la mise à disposition des données recueillies en échange de l'utilisation des antennes du Deep Space Network pour communiquer avec la sonde spatiale.

Lorsqu'il a été lancé en 2007, le Google Lunar X Prize visait la date butoir de 2014. Face aux difficultés rencontrées par les compétiteurs, l'échéance avait été reportée à plusieurs reprises pour finalement être fixée au 31 mars 2018. En janvier 2018, seules cinq équipes restaient en lice mais aucune d'entre elles n'était en mesure de tenir ses engagements. Quelques semaines plus tard, Google annonçait que le prix ne serait pas attribué et qu'il n'y aurait officiellement aucun gagnant. Néanmoins, tous les participants ont décidé de poursuivre leurs travaux. Beresheet devait être le premier à se concrétiser, un an après la fin du Google Lunar X Prize.

Sources

Sur le même sujet