Vol inaugural du SLS à l'heure des répétitions

22-02-2020 Philippe VOLVERT

Alors que les préparatifs vont bon train au Stennis Space Center en vue de la première mise à feu du corps central du Space Launch System, les équipes de lancements ont simulé en temps réel un compte à rebours du lanceur lourd en vue de son vol inaugural prévu pour le printemps 2021.

L'équipe de lancement qui supervisera le compte à rebours et le décollage du SLS s'est exercée et a perfectionné les procédures nécessaires à un lancement réussi. L'ensemble des contrôleurs était réuni sous la direction de Charlie Blackwell-Thompson dans la Fire Room 1 au Kennedy Space Center le 03 février 2020 pour une répétition réaliste du compte à rebours jusqu'à H0.

Le compte à rebours du SLS dure 45 heures 40 minutes. Il comporte deux arrêts de chronologie : un avant le début des opérations de ravitaillement en carburant et un autre de 30 minutes à T-10 minutes. L'exercice s'est concentré sur la période partant du second arrêt jusqu'à l'allumage des moteurs à H0. Cette période critique demande un temps de réaction rapide des opérateurs pour identifier l'anomalie qui se présente et y remédier. L'urgence pour répondre à un problème est plus grande si la fenêtre de lancement, période durant laquelle le lancement peut être effectué, est relativement courte. A titre d'exemple, la navette spatiale n'avait qu'un créneau de 10 minutes à partir de H0 si elle devait rejoindre la station spatiale internationale. Si une anomalie apparait durant la chronologie finale, les techniciens auront 10 minutes pour y remédier. Dans le cas contraire, le décollage devra être retardé voire reporté si la solution n'a pu être apportée avant la fin de la fenêtre de lancement.

Pendant la simulation, des ingénieurs ont introduit des anomalies et créé des situations inattendues auxquelles ont du faire face en temps réel les contrôleurs et responsables du lancement. Cette méthode éprouvée est utilisée par la NASA pour tous les programmes de vols spatiaux habités de l'agence.

Le directeur des tests de la NASA et le directeur des lancements ont leur mot à dire sur le type de situations que l'équipe de lancement doit mettre en pratique, mais c'est l'équipe de simulation qui dirige les efforts pour établir les priorités et concevoir les exercices. Pour que l'expérience soit aussi réaliste que possible, l'équipe de lancement utilise les mêmes consoles et les mêmes logiciels que le jour du lancement, des émulateurs de logiciels jouant le rôle du véhicule et d'autres systèmes critiques.

Les anomalies prévues sont connues uniquement par l'équipe de simulation et quelques agents de confiance mais il arrive parfois qu'un problème réel apparaisse. Dans ce cas, les responsables et les contrôleurs le documentent et recueillent toutes les données utiles pour aider à comprendre et à résoudre le problème après la simulation.

Un débriefing de l'équipe est organisé par la suite de façon à mettre en lumière ce qui peut être amélioré dans les procédures.

Le vol inaugural du Space Launch System est attendu pour avril 2021. Il emportera le premier vaisseau Orion, dans sa configuration opérationnelle mais sans équipage, pour la mission Artemis 1. Au cours de cette mission de 25 jours, le vaisseau Orion sera mis en orbite autour de la Lune avant de revenir sur Terre.

Sources

Sur le même sujet