Une fusée russe au service de l'Europe

18-12-2019 Philippe VOLVERT

Après un report de 24 heures suite à une erreur logicielle dans l'étage supérieur Fregat, Soyuz a parfaitement accompli sa 23ème mission au départ de la Guyane Française.

La fusée russe a décollé à 08 heures 54 minutes et 20 secondes du Centre Spatial Guyanais avec cinq satellites à son bord. La complexité de la trajectoire pour libérer les passagers sur leur orbite respective a nécessité plusieurs allumages de l'étage Fregat s'étalant sur un peu plus de quatre heures.

A bord de la fusée russe se trouvaient deux passagers principaux (CSG-1 et CHEOPS) et trois passagers secondaires (ANGELS, Eye-Sat, OPS-SAT).

Ce lancement était le neuvième et dernier effectué par Arianespace pour l'année 2019. Deux mille vingt devrait être une année charnière pour la société européenne avec le retour en vol de VEGA, clouée au sol depuis son échec en juillet dernier, mais surtout avec la mise en service des nouveaux lanceurs VEGA C et d'Ariane 6.

COSMO-SkyMed Seconde Génération

CSG-1 (COSMO-SkyMed Seconde Génération 1) est un programme initié par l'Agence Spatiale Italienne en partenariat avec le ministère de la Défense italien pour l'observation de la Terre. Il comprend deux satellites qui doivent prendre la suite à la première génération lancée entre 2007 et 2010.

CSG-1 a été réalisé sous la maîtrise d'oeuvre de Thales Alenia Space Italy à partir d'une plate-forme PRIMA stabilisée sur 3 axes et équipée d'un radar à synthèse d'ouverture fonctionnant en bande X. Les satellite a été conçu pour répondre aux besoins civils et militaires en matière de télédétection. Si la résolution des images pour le renseignement militaire n'a pas été rendue publique, on sait que pour les applications civiles, elle variera entre 80 cm et 4 mètres selon le mode employé.

CSG-1 a été séparé sur une orbite héliosynchrone à 619 km d'altitude sur une inclinaison de 97,8 degrés. Selon ces paramètres orbitaux, le satellite repassera tous les 16 jours au-dessus de la même région.

Déterminer les caractéristiques des exoplanètes

CHEOPS (Characterising Exoplanets Satellite) est une petite mais ambitieuse mission qui sera menée conjointement par les agences spatiales suisse et européenne. Elle a pour objectif de déterminer les caractéristiques des exoplanètes orbitant autour des étoiles proches de notre système solaire. CHEOPS se focalisera sur les exoplanètes dont la taille est comprise entre celle de la Terre et celle de Neptune. Durant sa mission primaire d'une durée de 3,5 ans, le satellite se focalisera sur 300 étoiles présélectionnées.

Les observations seront réalisées par un télescope de 32 centimètres d'ouverture fonctionnant en lumière visible et en proche infrarouge offrant une résolution spatiale d'une seconde d'arc. Pour préciser les caractéristiques des exoplanètes, CHEOPS emploiera la méthode du transit. Elle consiste à observer un changement infime de la luminosité d'une étoile au moment où l'exoplanète passe devant.

A ce jour, on comptabilise officiellement 4 104 exoplanètes découvertes dans notre Univers proche. Les différentes missions en cours et en préparation devraient faire exploser ce chiffre dans les prochaines décennies.

Les passagers secondaires de Soyuz

Outre CSG-1 et CHEOPS, Soyuz emportait trois passagers auxiliaires CubeSat. OPS-SAT permettra de tester de nouveaux moyens de contrôle des satellites qui pourraient être utilisés dans les missions et programmes futurs de l'ESA. EyeSat est un projet initié par le CNES pour étudier la lumière zodiacale et l'image de la Voie lactée. ANGELS (Argos Neo on a Generic Economical and Light Satellite) est le premier nanosatellite conçu et développé par l'industrie française. Outre son rôle de démonstrateur technologique, ANGELS embarque une balise Argos Neo qui permettra d'assurer une meilleure couverture satellitaire pour le réseau ARGOS, système mondial de localisation et de collecte de données géo-positionnées par satellite.

Sur le même sujet