Un satellite japonais d'astronomie sur orbite

17-02-2016 Philippe VOLVERT

Astro H, le nouveau télescope d'astronomie X, a été mis sur orbite ce mercredi matin par la trentième H-IIA. La fusée japonaise, équipée de deux boosters à poudre, a décollé du centre spatial de Tanegashima à 08 heures 45 TU puis a largué son précieux chargement un quart d'heure plus tard sur une orbite circulaire culminant à 575 km d'altitude sur une inclinaison de 31°.

Astro H, rebaptisé Hitomi, aura trois ans pour apporter de nouveaux éléments qui nous permettrons de mieux comprendre le fonctionnement de notre Univers avec une attention particulière portée aux trous noirs. Le télescope mesurera le déplacement de la matière autour des trous noirs dans le but de détecter la distorsion gravitationnelle de l'espace et de comprendre la structure relativiste de l'espace-temps. Il devra préciser la structure à grande échelle de l'Univers et son évolution, notamment en observant les amas de galaxies qui constituent les plus grandes structures de l'Univers. Il s'intéressera aux rayons cosmiques et plus particulièrement aux conditions où ils acquièrent leur énergie et tenter d'en élucider le processus de fonctionnement. Astro H cartographiera la matière noire présente dans les amas de galaxies pour déterminer la masse de ces derniers. Il étudiera le rôle de la matière noire et l'énergie sombre sur l'évolution de ces systèmes. Pour se faire, cet observatoire de 2 700 kg est équipé de quatre télescopes Wolter associés à des imageurs et un spectromètre permettant des observations de rayons X mous et durs ainsi que deux détecteurs de rayons gamma mous. Initié par le Japon, il a été conçu en collaboration avec des partenaires internationaux dont plus de 70 instituts de recherche et agences spatiales répartis dans huit pays différents.

Astro H n'était pas le seul passager à avoir pris place à bord de H-IIA. Il était accompagné d'une charge utile secondaire constituée de trois satellites de petite taille dédié à la recherche technologique. Horyu 4 (10 kg) a été conçu par le Kyusyu Institute of Technology tandis que ChubuSat 2 et 3 (50 kg chacun) proviennent des universités de Nagoya et Daido.

Sur le même sujet