Trois lancements, trois satellites

26-03-2015 Philippe VOLVERT

En quelques heures, trois lancements de fusées ont permis la mise sur orbite de trois satellites. Tout commence à Cape Canaveral en Floride. A 18 heures 36 TU, une fusée Delta IV, équipée de deux propulseurs d'appoint, s'élance de la rampe de lancement numéro 37. A son bord, le satellite GPS 2F-9 qu'elle place correctement sur orbite au bout de trois heures trente de vol. Il est destiné à remplacer un ancien de la génération GPS-2A lancé en août 1993 sur une orbite circulaire culminant à 20 500 km sur une inclinaison de 55°. Le satellite envoyé dans l'espace hier soir est le neuvième de la génération 2F sur les 12 commandés par l'US Air Force à Boeing. Avec GPS 2F-9, le réseau compte 32 satellites dont 31 opérationnels avec un âge moyen qui approche les 10 ans.

Quelques heures plus tard, à 22:09 TU pour être précis, c'est une fusée russe Dnepr qui prend son envol depuis le cosmodrome de Dombarovsky. Elle était chargée de placer sur orbite le satellite sud-coréen KOMPSat 3A dédié à l'observation de la Terre. Il a rejoint une orbite héliosynchrone inclinée de 97° à une altitude variant entre 526 et 540 km. Le satellite de 800 kg a été développé conjointement par le KARI (Korea Aerospace Research Institute) et le groupe français Airbus Defence and Space.

La valse en trois temps s'achève sur le pas de tir numéro 1 au centre spatial de Tanegashima, au sud du Japon. Une fusée H-IIA/202 décolle à 01:21 TU dans la nuit de mercredi à jeudi. Elle lance le satellite IGS-Optical 5. Il est le premier exemplaire de troisième génération de satellite de reconnaissance militaire qui sera exploité par le Cabinet Satellite Information Center. Les images fournies par son système optique seront utilisées par le Ministère japonais de la défense ainsi que dans le cadre des opérations de gestion des catastrophes naturelles. Les différentes sources estiment la résolution des images de l'ordre de 30 à 40 cm.

Sur le même sujet