Tout est « Go » pour le lancement de TESS

18-04-2018 Philippe VOLVERT

Après un report de 48 heures afin de permettre à SpaceX d'effectuer des contrôles supplémentaires sur les systèmes de navigation de sa fusée Falcon 9, le chasseur d'exoplanètes TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite) est à nouveau prêt à partir. TESS doit décoller de la rampe 40 à Cape Canaveral en Floride ce soir dans une fenêtre très courte de 30 secondes qui débute à 22 heures 51 TU. Les conditions météorologiques à l'heure H s'annoncent excellentes puisqu'elles sont prédites favorables à 90 %. L'évènement sera à suivre en direct sur Destination Orbite.

Détecter des exoplanètes avec la méthode du transit

Paré sur sa rampe de lancement, TESS est prêt à fournir de nouveaux indices dans la recherche de planètes en dehors de notre système solaire, dont certaines pourraient éventuellement abriter la vie. Comme le télescope Kepler avant lui, TESS observera les signes de la présence des planètes passant devant les étoiles autour desquelles elles orbitent.

Quand une planète passe devant son étoile, cela s'appelle un transit et il en résulte un affaiblissement de la luminosité de l'étoile lorsque la planète s'interpose entre l'observateur et celle-ci.

Lancé en 2009, Kepler a concentré ses recherches dans une portion du ciel dans une région fixe de la Voie lactée. A ce jour, on lui doit la découverte de 2 652 planètes et confirmées par d'autres observations. TESS recherchera du côté des étoiles 30 à 100 fois plus brillantes sur pratiquement l'ensemble du ciel, divisé en 26 secteurs et en consacrant 27 jours à chacun d'eux.

A ce jour, on dénombre 3 717 exoplanètes découvertes et confirmées dont 2 931 selon le principe du transit. Pour rester dans les statistiques, 4 496 candidates planètes doivent encore être confirmées par des observations supplémentaires. Il est important de remarquer que dans ce lot, 927 planètes auraient une taille et une structure géologique comparable à la Terre.

TESS est une mission de 287 millions $, lancement compris, imaginée par le Kavli Institute for Astrophysics and Space Research, dépendant du Massachusetts Institute of Technology. La NASA est gestionnaire du projet depuis le centre spatial Goddard dans le Maryland. A la tête de l'équipe en charge de la mission, on retrouve le Dr. George Ricker, astrophysicien et directeur du CCD Laboratory au MIT.

Sur le même sujet