Succès pour OneWeb sur fond de banqueroute

22-03-2020 Philippe VOLVERT

La fusée russe Soyuz a réussi sa mission en déployant 34 nouveaux satellites pour la constellation OneWeb destinée à fournir aux particuliers une connexion internet à haut débit dans les régions non desservies par des liaisons terrestres.

Le lancement a eu lieu samedi à 17 heures 06 et 58 secondes TU depuis le cosmodrome de Baïkonour dans le Kazakhstan. Placée sous l'autorité d'Arianespace, cette mission s'est déroulée sans accroc avec la séparation des satellites sur la bonne orbite. Au vu du nombre d'engins embarqués sur la fusée, la phase de largage s'est déroulée en plusieurs étapes s'étalant sur un peu plus de deux heures 30.

La mission ST-28 s'est déroulée dans un contexte particulier. En raison des restrictions strictes sur les voyages imposées par la pandémie de coronavirus, les derniers préparatifs de lancement se sont déroulés dans des conditions plus réglementées. En effet, l'agence spatiale russe Roscomos, qui fourni la fusée à Arianespace, a annulé de façon temporaire tous ses contacts et voyages à l'étranger en raison de la pandémie. Toutefois, les activités au cosmodrome de Baïkonour sont maintenues à l'heure actuelle. Arianespace ne peut plus compter que sur les cosmodromes russes pour tenir partiellement les échéances calendaires de son planning de lancement pour l'année 2020. La semaine dernière, la société européenne n'a eu d'autres choix que de suspendre les campagnes de lancements au Centre Spatial Guyanais en réponse aux mesures décidées par le gouvernement français pour faire face à l'épidémie de Covid-19.

Alors que plusieurs fusées sont à différents stades de préparation au cosmodrome de Baïkonour et celui de Vostotchny, on découvre que l'avenir ne serait pas aussi radieux pour OneWeb. Il y a quelques jours, le groupe financier américain Bloomberg annonçait que l'opérateur envisageait de déposer son bilan alors qu'il est confronté à un manque de liquidités. Pourtant, l'an dernier, la société avait levé des fonds pour un montant de 3,4 milliards de dollars auprès de SoftBank, Airbus, Qualcomm et d'autres investisseurs. Selon certains observateurs, le coût de déploiement de la constellation pourrait s'élever à 7,5 milliards de dollars contre une estimation initiale comprise entre 2,5 et 3,5 milliards de dollars, ce qui expliquerait les difficultés financières. Si OneWeb a refusé de commenter l'information, il se pourrait qu'elle cherche une solution pour pérenniser son projet. L'autre difficulté à laquelle doit faire face la société c'est la concurrence féroce, notamment de SpaceX, qui déploie un réseau similaire baptisé Starlink.

Sources

Sur le même sujet