Succès d'Atlas et d'Antares

18-09-2013 Philippe VOLVERT

Deux fusées ont pris leur départ depuis le territoire américain en quelques heures avant de placer correctement sur orbite la charge utile qu'elles transportaient.

Après un retard d'un peu plus d'une heure en raison de vent en altitude, la 40ème Atlas V a bien pris son envol depuis Cape Canaveral en Floride. Il était 08 heures 04 TU lorsque la fusée a quitté le pad de tir numéro 41 pour un vol de 51 minutes au terme duquel elle a placé sur orbite de transfert géostationnaire le satellite AEHF 3. Pour transporter les 6 170 kg du satellite, United Launch Alliance a choisi la version équipée de trois propulseurs latéraux et d'une large coiffe de 5,4 m de diamètre.

Advanced Extreme High Frequency Satellite 3 est un satellite militaire qui utilise une plate-forme A2100 de Lockheed Martin Space Systems équipée de tout le nécessaire fourni par Northrop Grumman. D'un coût estimé à 580 millions de dollars, le satellite fournira des services de communications cryptées pour les Forces armées des États-Unis, du British Armed Forces, des Forces armées du Canada et des forces armées des Pays-Bas. A terme, le réseau devrait compter jusqu'à 6 satellites couvrant la planète.

Quelques heures plus tard, à 14 heures 58 pour être précis, c'est au tour d'Antares de prendre la route des étoiles. La fusée s'est élancée du pas de tir LA-0A au centre spatial de Wallops Island en Virginie. Sous la coiffe du lanceur se trouvait un chargement important puisqu'il était constitué du premier ravitailleur Cygnus en partance pour la station spatiale internationale. Il complète ainsi l'offre existante de cargos exploités par la Russie, l'Europe et le Japon.

Tout comme le Dragon développé par SpaceX, Cygnus s'inscrit dans le cadre du programme COTS initié par la Nasa. Il s'agit d'un service commercial de transport orbital permettant de livrer du fret à moindre coût en faisant appel à des privés.

Développé par Orbital Science Corporation conjointement avec l'européen Thales Alenia Space qui fourni la partie pressurisée du ravitailleur, Cygnus est capable d'emporter quelques 2 tonnes de fret. Pour cette mission, Cygnus devra faire la démonstration de ses capacités à accomplir une mission logistique standard. Dimanche, il aura rendez-vous avec la station spatiale internationale. Les astronautes le saisiront à l'aide du bras robotisé et l'amèneront vers un port d'amarrage du module Harmony. L'équipage aura alors un mois pour décharger les 700 kg de provisions, de matériels et d'équipements qui leur sont destinés. Après quoi, Cygnus sera désamarré et pourra entamer la dernière phase de sa mission qui consiste à se désintégrer en pénétrant dans les hautes couches de l'atmosphère terrestre.

La NASA a signé avec Orbital un contrat comprenant huit missions du genre. La prochaine est d'ore et déjà programmée pour décembre prochain.

Sources

Sur le même sujet