Sentinel 2A rejoint son frère dans l'espace

23-06-2015 Philippe VOLVERT

Le déploiement de la constellation Sentinel se poursuit avec la mise sur orbite de Sentinel 2A. Il a embarqué la nuit dernière à bord d'une fusée VEGA partie du Centre Spatial Guyanais. Le décollage est intervenu très précisément à 01 heure 51 minutes et 58 secondes TU. Cinquante-quatre minutes et 43 secondes après le lancement, le satellite était injecté sur une orbite héliosynchrone à une altitude d'environ 786 km sur une inclinaison de 98,5°. Il s'agissait du cinquième lancement de VEGA depuis sa mise en service en février 2011 et le cinquième lancement réalisé cette année depuis Kourou par Arianespace.

Sentinel 2A est la seconde mission du programme européen de surveillance de la Terre Copernicus. Il s'agit d'une initiative conjointe de l'Agence spatiale européenne et de l'Union européenne. Il comprend cinq familles de satellites qui sont conçues chacune pour répondre à un besoin spécifique. Les Sentinel 1 assurent la continuité des données radar d'ERS et d'Envisat aujourd'hui désactivés, Sentinel 2 et 3 sont spécialisés dans l'observation optique des terres émergées et des océans, Sentinel 4 et 5 ne sont pas des satellites mais des instruments qui équiperont les prochains satellites météorologiques tandis que Sentinel 6 prendront la suite de Jason 2 dans le domaine de l'altimétrie océanique.

Le Sentinel lancé la nuit dernière a été réalisé par Airbus Defence and Space. Il avait une masse de 1 130 kg au décollage. Il est équipé d'une caméra avec une largeur de fauchée de 290 kilomètres fonctionnant dans treize bandes spectrales allant du visible au moyen infrarouge. Elle est capable de fournir des images de notre planète avec une résolution variant de 10 à 60 mètres avec une répétitivé de 10 jours. Les données collectées seront utilisées dans des domaines aussi variés que l'agriculture, la biodiversité, la gestion des sols, la prévention des catastrophes, notamment lors des inondations, des éruptions volcaniques et autres glissements de terrains. Il devrait rester opérationnel pendant 7 ans avec une possibilité de voir sa mission s'étendre jusqu'à 12 ans.

Sur le même sujet