Proton termine l'année avec un succès

27-12-2010 Philippe VOLVERT

Deux semaines après l'échec du lancement de 3 satellites GLONASS, la fusée Proton a rempli son contrat en plaçant sur orbite un satellite européen de télécommunications. La fusée a décollé du pas de tir 200/39 du cosmodrome de Baïkonour dans le Kazakhstan ce dimanche à 21 heures 51 TU. Neuf heures et douze minutes, elle injectait sur une orbite de transfert géostationnaire KA-SAT. Ce succès était le 11ème sur les 12 lancements effectués durant l'année.

KA-SAT est un satellite de 6 150 kg construit par EADS Astrium pour le compte de l'opérateur européen Eutelsat. Il utilise une plate-forme Eurostar E3000 équipée de 80 faisceaux étroits, ce qui en fait le satellite multifaisceaux le plus avancé jamais conçu à ce jour dans le monde. Sa durée de vie est de 15 ans. Il sera positionné par 9° Est et devrait arroser tout le continent européen en services de transmission de nouvelles applications vidéo nécessitant des débits très élevés, comme le cinéma numérique haute définition et la télévision en 3D à destination du grand public. Sa durée de vie est de 15 ans au minimum.

Prévu à l'origine pour le 20 décembre, le lancement de KA-SAT avait été reporté de quelques jours à la demande des responsables d'ILS. Une analyse des données télémétriques a permis de dédouaner la version de la fusée qui a lancé KA-SAT. En effet, la version qui a échoué le 05 décembre dernier était équipée d'un nouvel étage, le Block DM-3. L'enquête sur l'accident s'est vite orientée vers un problème informatique. Il semblerait que le programme de vol ne tenait pas compte du poids réel de l'étage Block DM. La fusée s'est retrouvée sur une trajectoire ne permettant pas de mise sur orbite et le Block DM-3 sur lequel étaient montés les 3 satellites de navigation GLONASS a fini par s'écraser dans le Pacifique.

Sur le même sujet