Proton est partie et bien partie

15-02-2012 Philippe VOLVERT

Après plusieurs semaines de retard, Proton s'est élancée ce mardi soir du cosmodrome de Baïkonour dans le Kazakhstan. La fusée, affrétée par International Launch Service, a décollé à 19 heures 37 du pas de tir 200/39. Neuf heures douze minutes plus tard, elle injectait sur une orbite de transfert géostationnaire le satellite SES 4. Programmé une première fois pour le 26 décembre dernier, le lancement avait été annulé après la découverte d'une anomalie sur l'étage supérieur Briz M. Anomalie suffisamment importante pour nécessiter un retour dans le hall d'intégration pour réparation. Un mois, jour pour jour, plus tard, un nouvel incident contraint à un nouveau retour dans le hall d'assemblage. Cette fois, c'est le premier étage qui est en cause. Après bien des péripéties, ce septantième vol commercial de la fusée russe s'est finalement bien déroulé.

Le client de cette Proton est un habitué puisqu'il s'agit de l'opérateur luxembourgeois SES. Le satellite embarqué était le 20ème confié à la fusée russe. SES 4 a été construit dans les ateliers de Space System Loral à Palo Alto. Il utilise une plate-forme SS/L 1300 équipée de 52 répéteurs en bande C et de 72 répéteurs en bande Ku. Sa masse au décollage était de 6 180 kg. Il doit rejoindre la position par 338° Est pour remplacer le satellite NSS 7. Avec ce satellite, SES compte soutenir le service en télécommunications pour les clients mobiles et maritimes ainsi qu'offrir connectivité augmentée dont pourraient profiter les gouvernements, notamment dans le chiffrage des communications.

Sur le même sujet