Pari réussi pour le Starship SN15

06-05-2021 Philippe VOLVERT

Après avoir mené plusieurs tentatives infructueuses, SpaceX a réussi à lancer et à faire atterrir en douceur un prototype amélioré de son véhicule Starship de nouvelle génération.

L’essai a eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi sur le site de Boca Chica, dans le comté de Cameron, au Texas. L’engin de 50 m de haut, construit en acier inoxydable, a décollé à 22 heures 24 TU. Propulsé par ses trois moteurs Raptor, il s’est élevé à une altitude de 10 km avant de venir se poser six minutes plus tard.

Les échecs avant le succès

Le succès de l’opération fait suite à quatre essais infructueux effectués entre octobre 2020 et mars 2021. Lors de la première tentative, le prototype SN8 s’est lourdement écrasé en se posant, provoquant une explosion. Partageant les mêmes caractéristiques que SN8, le SN9 est lancé deux mois plus tard. La perte de l’un des moteurs lors de la descente finale ne permet pas de redresser le véhicule avant l’atterrissage, ni à le ralentir suffisamment. Comme pour SN8, SN9 s’écrase au sol. Similaire à SN8 et SN9, SN10 est lancé en janvier 2021. Toutes les phases de vol sont réussies même si l’atterrissage est plus brutal que prévu. Mais le prototype fini par exploser un peu plus de 8 minutes après son atterrissage. Le vol du SN11 finit également par une explosion en vol après qu’un incendie sur l’un des moteurs ait détruit une partie de l’avionique.

Le vol du SN15

Identiques à SN8, les prototypes SN12 à 14 sont annulés pour laisser plus rapidement place au SN15 qui comporte des améliorations majeures par rapport aux précédents. Selon Elon Musk, une centaine de modifications a été apporté sur les structures, les moteurs, l'avionique et les logiciels.

Comme lors des précédents essais en vol à haute altitude du Starship, SN15 a été propulsé trois moteurs Raptor, chacun s'éteignant en séquence avant que le véhicule n'atteigne l'apogée, à environ 10 km d'altitude. SN15 s’est ensuite orienté pour la rentrée et la descente contrôlée.

Le véhicule est descendu sous contrôle aérodynamique actif, accompli par le mouvement indépendant de quatre volets, actionnés par un ordinateur de vol embarqué qui sert à contrôler l'attitude et permettre un atterrissage précis à l'endroit prévu. Les moteurs Raptor se sont rallumés lorsque le véhicule a effectué la manœuvre de retournement juste avant de se poser en douceur sur l'aire d'atterrissage.

Sources

Sur le même sujet