Le quatuor de validation Galileo sur orbite

13-10-2012 Philippe VOLVERT

Il est très précisément 18 heures 15 et 01 seconde lorsque la troisième fusée Soyuz s'arrache de son pas de tir de Guyane. Mais c'est la 1793ème fois, toutes versions confondues, que la mythique Semiorka développée par Sergei Korolev prend la route des étoiles depuis sa mise en service en 1957. Pour cette mission, c'est la version Soyuz 2.1b équipée de l'étage supérieur Fregat MT qui a été utilisée. Elle devait placer sur une orbite circulaire à 23 222 km d'altitude sur une inclinaison de 54,3° deux nouveaux satellites de la constellation Galileo. C'est chose faite 3 heures 45 minutes après son départ de Sinnamary, non loin de Kourou.

Les deux passagers qui avaient pris place à bord de la fusée russe étaient Galileo FM-3 et FM-4. Ils ont été construits par le consortium constitué par Astrium GmbH avec Thales Alenia Space. Au décollage, ils pesaient chacun 700 kg et ont une durée de vie minimale de 12 ans. Ils font partie des quatre engins de la phase In-Orbit Validation, première étape opérationnelle du programme. Ils sont destinés à effectuer des tests complémentaires de positionnement, préfigurant les prestations de la constellation définitive. Dans les prochaines années, le réseau s'enrichira d'autres satellites pour atteindre 30 engins dont 27 en service fin 2014. Ils seront lancés soit par deux sur une fusée Soyuz ou par 4 par une Ariane 5 depuis le Centre Spatial Guyanais.

Sur le même sujet