Le premier lancement de Landspace se solde par un échec

28-10-2018 Philippe VOLVERT

Landspace a subi une déconvenue lors du lancement de sa fusée Zhuque-1, alors qu'elle s'apprêtait à devenir la première société privée chinoise à rejoindre l'orbite terrestre.

La fusée à trois étages à propergols solide Zhuque-1, du nom de l'oiseau vermillon de la mythologie chinoise, a décollé d'une plate-forme mobile au centre de lancement de Jiuquan samedi à 08 heures TU.

Après un fonctionnement nominal des deux premiers étages et la séparation de la coiffe, un problème avec le troisième étage a empêché l'engin spatial d'atteindre son orbite, selon Zhang Changwu, PDG de Landspace. Le satellite que la fusée transportait a été perdu.

Weila-1 est un petit satellite construit par Beijing MinoSpace Technology. Il repose sur une plate-forme MN10. Il devait être utilisé par télévision centrale chinoise CCTV pour une série télévisée de vulgarisation scientifique. Aucune information n'a cependant filtré sur la masse exacte du satellite que certains spécialistes estiment entre 10 et 30 kg. Il devait être placé sur une orbite héliosynchrone et fonctionner pendant deux ans.

La Chine spatiale s'ouvre au privé

La tentative de lancement de vendredi est la première d'une entreprise chinoise, suite à une décision gouvernementale prise en 2014 d'ouvrir le secteur spatial aux capitaux privés. Cela concerne tant le domaine des lanceurs que celui des petits satellites.

La fusée Zhuque 1 mesure 19 m de long pour 1,7 m de diamètre pour une masse de 27 tonnes et tire ses technologies du missile DF-26. Selon le site thepaper.cn, le coût de développement serait d'environ 14 millions $, provenant de fonds publics et privés. Avec une capacité de 300 kg sur orbite circulaire culminant à 500 km d'altitude, Zhuque 1 vise le marché émergeant des petits satellites chinois.

A ce jour, on compte une dizaine de sociétés de lancement en Chine qui sont à différents stades de développement de leurs lanceurs. Outre LandSpace, iSpace et OneSpace seraient sur le point d'effectuer leur premier essai orbital après plusieurs vols suborbitaux concluants.

i-Space a réalisé deux vols suborbitaux avec son lanceur Shian Quxian-1, probablement issu du missile DF-11 ou DF-15. La compagnie annonce être prête pour un premier lancement de satellite en juin 2019.

OneSpace a développé son lanceur OS-M1, qui dans sa version de base, est conçue pour transporter une charge utile de 205 kilogrammes sur une orbite terrestre basse de 300 kilomètres. Il existe peu d'information sur OS-M1 mais il est possible qu'il soit basé sur des moteurs de fusée hérités des missiles DF-11 ou DF-15.

Quant à Landspace, elle ne compte pas se limiter au marché des petits satellites. La startup planche sur une nouvelle version de sa fusée Zhuque. Zhuque-2 serait en mesure de placer une charge utile de 2 tonnes sur une orbite culminant à 500 km d'altitude. Son premier vol est annoncé à l'horizon 2020. A l'instar de SpaceX, Landspace a des ambitions plus importantes puisque dans ses cartons se trouve un projet de fusée partiellement réutilisable et en mesure de lancer 32 tonnes à 200 km d'altitude. Reste à trouver le financement pour répondre aux ambitions de la compagnie privée chinoise.

Sur le même sujet