Le Japon réfléchit à une variante lunaire de sa fusée H-3

27-10-2019 Philippe VOLVERT

Shoyo Hyodo, directeur adjoint de la conception des systèmes spatiaux de Mitsubishi Heavy Industries, a pris la parole lors du 70ème Congrès international d'astronautique qui se tient à Washington, pour annoncer que le Japon réfléchissait à une version améliorée de son lanceur H-3 en cours de développement pour livrer du fret vers la Lune dès 2025.

Le projet s'inscrit dans le cadre du programme de station spatiale Gateway que la NASA souhaite construire sur une orbite rectilinéaire autour de la Lune dans les années à venir. Le Japon s'est montré intéressé, notamment pour la phase logistique avec un ravitaillement de l'infrastructure à l'aide de ses ravitailleurs HTV comme il le fait déjà pour l'ISS.

Mitsubishi Heavy Industries mise sur son lanceur H-3, successeur des fusées H-IIA et H-IIB, dont le premier vol est prévu pour 2020. Prévu pour capter une part plus importante du marché mondial des lancements de satellites commerciaux et pour les missions institutionnelles, le H-3 n'a pas les capacités nécessaires pour remplir le nouvel objectif que s'est fixé le Japon. Dès lors, il faut prévoir une variante lunaire moyennant des améliorations du lanceur de base.

L'industriel souhaite y aller par étapes en suivant un calendrier de développement précis pour répondre aux besoins d'approvisionnement en fret. En 2021, le H-3 lancera le HTV-X, version modernisée du cargo HTV actuellement en service, pour s'amarrer à l'ISS.

Pour rejoindre le Gateway, le HTV-X nécessitera l'utilisation de deux fusées H-3. La première enverrait un HTV-X sur une orbite autour de la Terre tandis que la seconde se chargerait de lancer un étage supérieur avec un réservoir de carburant agrandi pour s'amarrer au HTV-X et le propulser vers la station spatiale. Le HTV-X serait en mesure de transporter 4,4 tonnes de fret à destination du Gateway, dont une tonne dans le segment non pressurisé du vaisseau spatial. Hyodo pense pouvoir mener une telle mission en 2025 ou 2026.

A termes, l'objectif est de pouvoir compter que sur un seul lanceur H-3 constitué d'un premier étage triplé, à l'instar de ce qui se fait pour Delta IV Heavy de United Launch Alliance ou encore Falcon Heavy de SpaceX. Hyodo estime que la nouvelle fusée pourrait pouvait envoyer d'un seul coup 11,9 tonnes vers le Gateway ou accessoirement 14,8 tonnes orbite de transfert géostationnaire, ou 28,3 tonnes en orbite terrestre basse. Cette version lourde du H-3 serait disponible à l'horizon 2030.

Sources

Sur le même sujet