Le Japon lance un satellite de télédétection

24-05-2014 Philippe VOLVERT

Mise sur orbite réussie du second satellite de télédétection ALOS. La fusée japonaise H-IIA a décollé depuis la base méridionale de Tanegashima à 03 heures 05 TU. Après 16 minutes de vol, elle injectait sur une orbite héliosynchrone son passager principal suivi quelques minutes plus tard des passagers secondaires. Ce lancement marque le 23ème succès du lanceur japonais en 24 lancements depuis sa mise en service en avril 2001.

Advanced Land Observation Satellite 2 est un satellite de télédétection japonais destiné à fournir des images de notre planète à haute résolution à l'aide d'un radar. Sa contribution dans le domaine de l'observation de la Terre portera sur la cartographie, l'observation régionale, la surveillance des catastrophes et des ressources. Il est destiné à remplacer ALOS 1 tombé en panne en 2011 après 5 ans d'exploitation depuis une orbite héliosynchrone inclinée de 98 degrés et culminant à 628 km d'altitude. Son maître d'oeuvre est le géant industriel Mitsubishi Electric Corporation qui l'a conçu pour le compte de l'agence spatiale japonaise Jaxa. Il est équipé du radar PALSAR-2 capable de fournir des images avec une résolution de 3 à 10 mètres de jour comme de nuit et par tous les temps ainsi que de la caméra AIS fonctionnant dans le mode infrarouge. Sa durée de vie optimale est de 5 ans mais pourrait être prolongée s'il est jugé apte à le faire.

ALOS 2 n'était pas le seul passager à embarquer à bord de la fusée. Plusieurs microsatellites avaient également pris place. Il s'agit de SPROUT (Space Research On Unique Technology) qui provient de l'Université de Nihon et qui pèse 7,1 kg. Il était accompagné de 3 autres engins d'une cinquantaine de kilos chacun, à savoir Raijin 2 de l'Université de Tohoku, d'UNIFORM (University International Formation Mission) et de SOCRATES (Space Optical Communications Research Advanced Technology Satellite) développé par National Institute of Information and Communications Technology de Tokyo.

Sources

Sur le même sujet